Texte à méditer :  

L’Amour est la clef pour ouvrir les portes fermées par l’égoïsme et l'avidité
  


La bouée de sauvetage

Fermer Bouée de sauvetage

Fermer C.R.I.-E.V.H.

Fermer Pédagogie

Fermer Livres

Valeurs humaines

Fermer La vérité

Fermer L'action juste

Fermer L'amour

Fermer La paix

Fermer La Non-Violence

E. V. H.
Le cercle d\'étude

Les pensées du jour

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
163 Abonnés
Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 54 membres


Connectés :

( personne )
Recherche




C.R.I.-E.V.H. - n°14 2013 1° partie

 

CRI n°14  2013

1re  partie 

 

ligne_2_018.gif
 

LA OU IL Y A L'UNITE, IL Y A LA FELICITE



Un devoir spécifique est assigné aux cinq doigts de votre main. Quand ils accomplissent une tâche, les cinq doigts travaillent à l’unisson et en harmonie.

Un jour, les cinq doigts se disputèrent pour savoir lequel d’entre eux était le plus grand.

Le pouce déclara : « Sans moi, on ne peut entreprendre aucun travail. Je suis donc le plus grand. »

L’index sourit et dit : « Dis donc, toi le pouce ! Comment peux-tu accomplir une tâche sans mon aide ? De plus, je sers d’indicateur pour identifier les individus. Je suis donc plus grand que toi. »

Le majeur intervint et dit : « Ce que vous dites n’est pas pertinent. De vous tous, je suis le plus long. Quatre d’entre vous se tiennent deux par deux, de chaque côté de moi, pour me servir d’aides de camp. Je suis donc le plus grand. »

L’annulaire dit alors : « Votre ignorance me fait rire ! Ne savez-vous pas que les gens m’ornent de bagues en or serties de pierres précieuses comme le diamant, l’émeraude, la topaze, etc... ? Je suis donc votre roi. »

Finalement, le petit doigt dit : « Je suis toujours en tête lorsqu’il s’agit d’enseigner une leçon à quelqu’un. Je suis donc votre leader et vous devez me suivre. »

Alors que les cinq doigts argumentaient entre eux de cette manière, le cœur intervint et dit : « Ô ignorants que vous êtes ! Chacun de vous a la même importance. Vous ne pouvez rien accomplir si l’unité et l’harmonie ne règnent pas parmi vous. En fait, vous représentez les cinq Valeurs Humaines qui sont comparables aux cinq souffles de vie de l’homme. »

Entendant ces paroles de sagesse, les cinq doigts comprirent leur erreur et courbèrent la tête de honte. Une recherche approfondie révèle que le cœur est le plus important. Nous devrions donc suivre les conseils du cœur dans tout ce que nous entreprenons.

Comprenez que tous sont Un et que chacun est également important.

Ne devenez pas égoïstes en pensant que vous seul êtes très important.

Ne gaspillez pas votre temps si précieux en vaine argumentation.

Soyez amicaux envers tout le monde et faites face aux défis de la vie dans l’unité et l’harmonie.
 

ligne_roulante001.gif



AIDER, AIMER LA MAIN OUVERTE


Cette semaine, en parlant avec un ami, je me suis rappelé une histoire que j'ai entendue raconter cet été.

« Une personne compatissante, voyant un papillon lutter pour se libérer de son cocon, et voulant l'aider, écarta avec beaucoup de douceur, les filaments pour dégager une ouverture. Le papillon libéré sortit du cocon et battit des ailes mais ne put s'envoler.

Ce qu'ignorait cette personne compatissante, c'est que c'est seulement au travers du combat pour la naissance que les ailes peuvent devenir suffisamment fortes pour l'envol. Sa vie raccourcie, il la passa à terre. Jamais il ne connut la liberté, jamais il ne vécut réellement. »

Apprendre à aimer la main ouverte est une toute autre démarche. C'est un apprentissage qui a cheminé progressivement en moi, façonné dans les feux de la souffrance et les eaux de la patience. J'apprends que je dois laisser libre quelqu'un que j'aime, parce que si je m'agrippe, si je m'attache, si j'essaie de contrôler, je perds ce que je tente de garder.

Si j’essaie de changer quelqu'un que j'aime, parce que je sens, que je sais comment cette personne devrait être, je lui vole un droit précieux, le droit d'être responsable de sa propre vie, de ses propres choix, de sa propre façon de vivre.

Chaque fois que j'impose mon désir ou ma volonté, ou que j'essaie d'exercer un pouvoir sur une autre personne, je la dépossède de la pleine réalisation de sa croissance et de sa maturation. Je la brime et la contrecarre par mon acte de possession, même si mes intentions sont les meilleures.

Je peux brimer ou blesser en agissant avec la plus grande bonté, pour protéger quelqu'un. Et une protection et une sollicitude excessives peuvent signifier à une autre personne plus éloquemment que des mots :   
« Tu es incapable de t'occuper de toi-même, je dois m'occuper de toi parce que tu m'appartiens. Je suis responsable de toi. »

Au fur et à mesure de mon apprentissage et de ma pratique, je peux dire à quelqu’un que j'aime:

Je t’aime, je t'estime, je te respecte et j'ai confiance en toi. Tu as en toi ou tu peux développer la force de  devenir tout ce qu'il est possible de devenir à condition que je ne me mette pas en travers de ton chemin.

Je t'aime, tant que je peux te laisser la liberté de marcher à côté de moi dans la joie et dans la tristesse. Je partagerai tes larmes mais ne te demanderai pas de ne pas pleurer. Je répondrai si tu as besoin de moi, je prendrai soin de toi, je te réconforterai, mais je ne te soutiendrai pas quand tu pourras marcher tout seul. Je serai prête à être à tes côtés dans la peine et la sollicitude, mais je ne les éloignerai pas de toi. Je m'efforcerai d'écouter ce que tu veux dire, avec tes paroles à toi, mais je ne serai pas toujours d'accord avec toi.

Parfois je serai en colère, et quand je le serai, j'essaierai de te le dire franchement; de façon à ne pas avoir besoin d’être irrité de nos différences, ni de me brouiller avec toi. Je ne peux  pas toujours être avec toi ou écouter ce que tu dis parce qu'il y a des moments où je dois m'écouter moi-même, prendre soin de moi. Quand cela arrivera, je serai aussi sincère avec toi que je pourrai l'être.»

J’appends à dire cela à ceux que j'aime et qui sont importants pour moi, que ce soit avec des mots ou par ma façon d’être avec les autres et avec moi-même.

Voilà ce que j'appelle : aimer la main ouverte.

Je ne peux pas toujours m'empêcher de mettre mes mains dans le cocon mais j'y arrive mieux, beaucoup mieux, depuis que je me respecte aussi.


RUTH SANFORD

ligne_roulante001.gif


LE PRINCIPE DU JARDIN AUX JONQUILLES



Plusieurs fois, ma fille Carolyn m’avait téléphoné pour dire : « Maman, tu devrais venir voir les jonquilles avant qu’elles ne fanent. » Je voulais y aller, mais il y avait deux heures de route entre Laguna et Lake Arrowhead.


« Je viendrai mardi prochain », promis-je, un peu à contrecœur, après son troisième appel.
Le mardi suivant, il faisait froid et pluvieux, mais j’avais donné ma parole. Bien que j’eus préféré ne pas effectuer le déplacement, je me rendis chez ma fille. En entrant chez elle, je fus accueillie par les cris joyeux d’enfants heureux. J’embrassai avec un grand plaisir mes petits-enfants.

« Oublie les jonquilles, Caroline. La route est invisible dans cette purée de pois ! Il n’y a rien au monde, à part toi et les enfants, qui vaut la peine d’être vu pour faire un mètre de plus en voiture ! »

Ma fille sourit calmement et dit : « Nous conduisons tout le temps dans ces conditions,
Maman. »
« En tout cas, il n’est pas question que je reprenne le volant avant que cela ne s’éclaircisse et puis, je rentre chez moi ! »

« Mais avant cela, nous irons voir les jonquilles ! C’est juste à quelques blocs d’ici », dit
Caroline. Confrontée à mon incrédulité, elle ajouta : « Ne t’inquiète pas, Maman, je conduirai.
Je suis habituée. »

Bientôt, nous avancions dans un brouillard lugubre. La route était déserte et le vent qui mugissait nous tenait compagnie. Je lançais des regards noirs à ma fille qui d’habitude était quelqu’un de sensé, mais qui s’entêtait ici à entreprendre cette stupide aventure.
« Caroline ! », dis-je sévèrement. « S’il te plaît, fais demi-tour ! »

« Tout va bien, Maman, je te le promets ! Tu ne te pardonneras jamais d’avoir manqué cette expérience. »

Après une vingtaine de minutes,  nous empruntâmes une petite route en gravillons et je repérai une petite église. Pas loin se trouvait un panneau avec une inscription faite à la main et une flèche, sur lequel on pouvait lire : ‘’JARDIN DES JONQUILLES’’. Nous sortîmes de la voiture et nous prîmes toutes les deux la main d’un enfant et je suivis Caroline sur le chemin.

Et puis plus loin, après un tournant, je regardai en l’air et j’en eus le souffle coupé. C’était comme si quelqu’un avait pris une cuve d’or géante et en avait déversé le contenu sur le sommet  et les versants voisins. Les fleurs formaient des motifs majestueux et ondoyants avec de larges bandes orange foncé, blanc crémeux, jaune citron, rose saumon, safran et jaune beurre. Chaque variété avait sa couleur particulière et était plantée en massifs de manière à ce que chacun ondule et serpente comme une rivière avec sa propre couleur unique. Il y avait 2,5 hectares de fleurs.

« Qui a fait cela ? », Demandai-je à Caroline.
« Rien qu’une femme ! », répondit Caroline. « Elle vit dans la propriété. C’est sa maison ! »
Caroline me montra une maison bien entretenue nichée au milieu de toute cette splendeur.
Nous montâmes jusqu’à la maison.

Sur le patio, il y avait une affiche sur laquelle on pouvait lire : « Réponses aux questions que vous êtes en train de vous poser, je le sais ! » La  première réponse était simple : « 50 000 bulbes ». La deuxième était : « Plantés l’un après l’autre, par une seule femme. Deux mains, deux pieds, une tête ». Et la troisième : « Commencé en 1958 ».
 
Pour moi, ce moment fut une expérience qui bouleversa ma vie. Je songeai à cette femme que je n’avais jamais rencontrée et qui, plus de quarante ans auparavant, avait commencé, bulbe après bulbe, à conférer sa vision de la beauté et de la joie au sommet d’une morne colline. En plantant un bulbe à la fois, année après année, cette femme avait changé pour toujours le monde dans lequel elle vivait. Elle avait créé quelque chose d’une magnificence, d’une beauté et d’une inspiration extraordinaires.

Ce jardin des jonquilles m’a enseigné un des plus grands principes de l’accomplissement.
C’est apprendre à avancer vers nos objectifs et vers nos buts en faisant un pas la fois – souvent, un tout petit pas à la fois – et apprendre à aimer le geste, l’action, apprendre à utiliser l’accumulation du temps. Lorsque nous multiplierons de petites périodes avec de petites augmentations d’effort quotidien, nous aussi nous découvrirons que nous pouvons accomplir des choses magnifiques, et même changer le monde !

« D’une certaine façon, cela me rend triste » ! Dis-je à Caroline. « Qu’est-ce que j’aurais pu accomplir si j’avais pu songer à un but merveilleux, il y a trente-cinq ou il y a quarante ans et si j’y avais travaillé, ‘’un bulbe à la fois’’, pendant toutes ces années ! Songes-y ! Qu’est-ce que j’aurais pu accomplir, alors ! »

Ma fille résuma le message du jour avec son franc-parler habituel : « Eh bien, tu peux t’y mettre aujourd’hui ! », Dit-elle.
 
Elle avait raison. C’était tellement vain et inutile de penser à toutes les heures perdues du passé. La façon de faire de l’apprentissage une leçon d’accomplissement au lieu d’une cause  de regret, c’est tout simplement de demander : « Comment mettre ceci en pratique aujourd’hui ? »

Alors, utilisez le principe du jardin aux jonquilles et arrêtez d’attendre…
Que votre voiture soit totalement remboursée…
D’avoir une nouvelle maison…
D’avoir rangé le garage…
D’avoir désencombré le bureau…
D’avoir perdu ou gagné du poids…
Le printemps, l’été, l’automne ou l’hiver…

Il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux ! Le bonheur est un voyage et non une destination.
Ne redoutez pas que votre vie se termine ! Redoutez plutôt qu’elle n’ait jamais commencé !

 ycoeur43.gif« Le passé est passé, l’avenir est incertain, mais le présent est omniprésent. Le présent est l’arbre du passé et la graine du futur. Vivez donc dans le présent ! Sanctifiez-le en cultivant de bonnes pensées et en vous engageant de nobles actions. »ycoeur43.gif

 

ligne_roulante001.gif


 
L Y A 2 JOURS PAR SEMAINES OU NOUS NE DEVRIONS PAS NOUS INQUIETER


2 jours sans appréhension, ni peur.
Le premier, c’est hier, avec les erreurs commises, les faux pas, les regrets et les douleurs.
Hier est passé et maintenant hors de notre contrôle pour toujours.
Tout l’argent du monde ne peut ramener hier.
Il est impossible de reprendre une action ou d’effacer une parole.

Hier est passé!

L’autre jour qui ne devrait pas nous inquiéter, c’est demain;
avec ses adversaires impossibles, ses fardeaux, ses promesses d’espoir et son peu de contrôle.
Demain, le soleil se lèvera dans toute sa splendeur ou derrière un masque de nuages.
Mais soyez certain, il se lèvera !
Et avant qu’il ne se lève, il n’y a rien à faire,

Demain n’est pas né.

Il ne reste donc qu’aujourd’hui.

Chacun de nous peut faire face aux batailles d’un jour.
C’est seulement quand on ajoute les fardeaux d’hier à ceux de demain que l’on ne peut pas continuer.
Ce ne sont pas les expériences quotidiennes qui mènent à la folie.
Ce sont les remords d’hier accompagnés des craintes de demain.

Il faut donc vivre un jour à la fois!

ligne_roulante001.gif

 

Les quatre femmes


 Un homme avait quatre épouses. L'homme tomba malade et était sur le point de mourir. A la fin de sa vie, il se sentait très seul et il demanda sa première épouse de l'accompagner dans l'autre monde.
«Ma chère femme » dit-il, « Je t’ai aimé, jour et nuit, j'ai pris soin de toi toute ma vie. Maintenant, je suis sur le point de mourir, s'il te plaît viens avec moi partout où j’irai, après ma mort? »

La première femme répondit: «Mon cher mari, je sais que tu m'as toujours aimé Maintenant, tu vas mourir. Mon cher, il est temps de nous séparer de nous dire au revoir.... »
 
 L’homme appela sa seconde épouse et la pria de le suivre dans la mort. Il dit: «Ma chère seconde femme, tu sais combien je t'ai aimé. Parfois, je craignais que tu me quittes, mais je tenais à toi fortement. Ma chère, s'il te plaît viens avec moi. »

La deuxième femme répondit: «Cher mari, ta première femme a refusé de t’accompagner après ta mort. Comment puis-je te suivre Tu m'as aimé seulement pour propre intérêt?».
 
Il appela sa troisième femme, et lui demanda de le suivre. La troisième femme, les larmes dans les yeux, répondit: «Mon cher, je te plains et je me sens triste moi-même. Je t’accompagnerai donc au cimetière. C'est mon dernier devoir envers toi. » La troisième épouse a donc également refusé de le suivre dans la mort.
 
Maintenant, se rappela qu'il y avait une autre femme, sa quatrième épouse, dont il ne se souciait pas beaucoup. Il l'avait traitée comme une esclave et avait toujours fait preuve de beaucoup de mécontentement à son égard. Il pensait maintenant que s’il lui demandait de le suivre jusque dans la mort, elle dirait certainement non.

Mais sa solitude et sa peur étaient si grandes qu'il fit l'effort de lui demander de l'accompagner dans l'autre monde.     

    «Mon cher mari», dit-elle, « Je vais aller avec toi. Quoi qu'il arrive, je suis déterminée à être avec toi pour toujours. Je ne peux pas être séparée de toi. »
 
                                                                        **********************
La première «femme» est notre corps.
Nous aimons, en prendre soin jour et nuit, la nourriture, les vêtements, le laver et ainsi de suite. Mais malheureusement, à la fin de notre vie, le corps, la première «femme» ne peut pas nous suivre.
 
La seconde «épouse» désigne nos possessions, richesses matérielles, gloire, position, argent et ainsi de suite ...
Nous sommes attachés à ces biens matériels. A la fin de notre vie, ces choses ne peuvent pas nous suivre. La deuxième femme dit à son mari: «Tu fais preuve à mon égard d’un égoïsme égocentrique, maintenant il est temps de nous dire au revoir.».
     
Nous avons tous une troisième «femme». Il s'agit de la relation avec nos parents, notre famille, les amis et la société. Ils n’iront pas plus loin que le cimetière, les larmes aux yeux. Ils sont compatissants et attristés ...
 
La quatrième femme, est notre Soi, l'Âme intérieure. Habituellement, nous n’y prêtons pas attention, les gens ne se soucient pas de reconnaître leur vraie réalité, ce qui est une clé vers l’arbre à souhaits.

L'enseignement de Valeurs Humaines

nous indique comment rendre visible l’arbre à souhaits et être heureux.
 

ligne_roulante001.gif


Un Maître et le scorpion


Un maître de l'Orient voyait un scorpion en train de se noyer.
Lorsqu'il décida de le tirer de l'eau,
le scorpion le piqua.
Sous l'effet de la douleur,
le maître lâcha l'animal qui, de nouveau, tomba à l'eau
et se noyait à nouveau.
Le maître tenta de le tirer une seconde fois et l'animal le repiqua.
 
Quelqu'un qui était en train d'observer
se rapprocha du maître et lui dit :
Excusez-moi, mais vous êtes têtu!
Ne comprenez-vous pas qu'à chaque fois,
que vous tenterez de le tirer de l'eau  il va vous piquer ?

Le maître répondit:
La nature du scorpion est de piquer,
et cela ne va pas changer la mienne qui est d'aider.
 
Alors, à l'aide d'une feuille,
le maître tira le scorpion de l'eau, lui sauva la vie et continua.
 Ne change pas ta nature si quelqu'un te fait mal.
Prends seulement des précautions.
 
Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent.
 Quand la vie te présente mille raisons de pleurer,
montre-lui que tu as mille raisons de sourire.
 
Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation.
 Parce que ta conscience est ce que tu es,
et que ta réputation est ce que les autres pensent de toi...
 Et ce que les autres pensent de toi... c'est leur problème.

 

ligne_roulante001.gif



Le bonheur est un voyage.
 
Nous nous convainquons que la vie sera mieux une fois que nous serons mariés,

aurons un bébé, puis un autre.

Puis nous sommes frustrés parce que nos enfants ne sont pas assez vieux et que tout ira mieux lorsqu'ils seront plus grands.

Puis nous sommes frustrés parce qu'ils arrivent à l'adolescence

et que nous devons composer avec eux.

Nous serons certainement heureux  lorsqu'ils auront franchi cette étape.

Nous nous disons que notre vie sera comblée lorsque notre conjoint se reprendra en main,

lorsque nous aurons une plus belle voiture,
lorsque nous pourrons prendre des vacances,
lorsque nous prendrons notre retraite.

La vérité c'est qu'il n'y a pas de meilleur moment
pour être heureux que maintenant.
Sinon, quand?

Votre vie sera toujours remplie de défis.
Il est préférable de l'admettre et de décider d'être heureux malgré tout.
Pendant très longtemps, il me semblait que ma vie allait commencer.
La vraie vie.

Mais il y avait toujours des obstacles le long du chemin, une épreuve à traverser,

un travail à terminer, du temps à donner, une dette à payer.

Puis la vie commencerait.
J'ai enfin compris que ces obstacles étaient la vie.
Cette perspective m'a aidé à voir qu'il n'y a pas de chemin vers le bonheur.

Le bonheur est le chemin.
Alors, appréciez chaque instant.
Cessez d'attendre d'avoir fini l'école, de retourner à l'école,
de perdre dix livres, de prendre dix livres,
de commencer à travailler, de vous marier,
à vendredi soir, à dimanche matin, d'avoir une nouvelle voiture,
que votre hypothèque soit payée,
au printemps, à l'été, à l'automne, à l'hiver, au premier ou au quinze du mois,

que votre chanson passe à la radio, de mourir, de renaître, avant de décider d'être heureux.

Le bonheur est un voyage, pas une destination.
Il n'y a pas de meilleur temps pour être heureux, que maintenant.

Vivez et appréciez le moment présent.

 

ligne_roulante001.gif


 
L'HOMME ET SON CHIEN


Un homme et son chien marchaient le long d'une route.  L'homme admirait le paysage quand tout à coup il réalisa qu'il était mort.  Il se rappela sa mort et réalisa que son chien était mort depuis des années. Il se demandait où le chemin les amènerait.  Après un moment, ils approchèrent d'une grosse roche blanche.  Elle ressemblait à une bille. 

Rendus au sommet, elle était fendue et une lumière jaillit.  Quand il s'approcha, il vit une route en or pur et une magnifique entrée.  L'homme et son chien marchèrent jusqu'à la porte, et au fur et à mesure qu'ils approchèrent, l'homme vit un autre homme assis à une table.  Quand il fut assez proche, il demanda à 'homme:

- « Où sommes-nous? »
- « Vous êtes au paradis monsieur. »

- « Wowwwwwww!  Est-ce que vous auriez de 'eau? »
- « Certainement!  Entrez, je vais vous faire venir de l'eau froide dans un instant. »

L'homme fit quelques gestes et la porte s'ouvrit.
- « Est-ce que mon chien peut entrer?», en pointant le chien.
- « Désolé monsieur, mais nous n'acceptons pas les animaux. »

L'homme réfléchit et décida de reprendre le chemin.  Après une longue marche, au sommet d'une colline, il croisa une route de terre qui mena à une porte de grange qui avait l'air de n'avoir été jamais fermée.  Il n'y avait pas de clôture.  Alors qu'il s'approcha, il vit un homme accoté sur un arbre qui lisait un livre.

 - « Excusez-moi monsieur, est-ce que vous avez de l'eau? »
- « Bien sûr, il y a une pompe un peu plus loin. »  

Il pointa plus loin mais on ne voyait rien.
- « Entrez, je vais vous la montrer »
- « Est-ce que mon ami, peut venir? »
- « Bien sûr, il est supposé y avoir un bol près de la pompe. »

Ils traversèrent la porte et virent une vieille pompe avec un bol à ses côtés.  L'homme rempli le bol, pris une gorgée et donna le reste au chien.  Quand ils eurent fini, ils retournèrent voir l'homme qui était toujours près de l’arbre.

- « Comment appelez-vous cette endroit? »
- « Mais c'est le paradis! »
- « Curieux.  L'homme que nous avons rencontré un peu plus tôt a dit la même chose. »
- « Ah vous parlez du chemin en or et de la porte en perle? Non, c'est l'enfer. »
- « Mais ça ne vous fâche pas qu'ils utilisent votre nom comme ça? »

- « Non, mais je comprends que vous me posiez la question.  Nous sommes seulement contents qu'ils éliminent les gens qui laissent leurs amis derrières. »

 

ligne_roulante001.gif



LES PAROLES SONT DES ARMES

 
Sois prudent dans tes jugements.
Les paroles sont des armes puissantes qui peuvent faire beaucoup de mal.

Que ta langue ne ridiculise jamais personne.
Que ta grande bouche ne diminue personne.
Une parole dure, ou vive peut brûler longtemps dans le fond du cœur,
Et y laisser une cicatrice.

Tolère que les autres soient  autres, qu’ils pensent autrement,
Fassent autrement, sentent autrement et parlent autrement.
Dans tes paroles sois généreux et clément.

Les paroles doivent êtres des lumières.
Les paroles doivent réconcilier, rapprocher et apaiser.
Là où les paroles deviennent des armes,
On se retrouve face à face comme des ennemis.

La vie est bien trop courte
Et notre monde bien trop petit pour en faire un champ de bataille.

Auteur: Glanure

ligne_roulante001.gif


 
« LE TEMPS» EST LE TRESOR LE PLUS PRECIEUX QUE NOUS AYONS...


 
 Les dernières volontés d'Alexandre Le Grand

Sur le point de mourir, Alexandre convoqua ses généraux et leur communiqua ses dernières volontés,
ses trois ultimes exigences :
 
1 - Que son cercueil soit transporté à bras d'homme par les meilleurs médecins de l'époque.

2 - Que les trésors qu'il avait acquis (argent, or, pierres précieuses... ), soient dispersés tout
le long du chemin jusqu'à sa tombe, et...
 
 3 - Que ses mains restent à l'air libre se balançant en dehors du cercueil à la vue de tous.
 
 L'un de ses généraux, étonné de ces requêtes insolites, demanda à Alexandre quelles en étaient les raisons ?
 
 Alexandre lui expliqua alors ce qui suit :
 
1 - Je veux que les médecins les plus éminents transportent eux-mêmes mon cercueil pour démontrer ainsi que face à la mort, ils n'ont pas le pouvoir de guérir...
 
2 - Je veux que le sol soit recouvert de mes trésors pour que tous puissent voir que les biens matériels ici acquis, restent ici-bas...

3 - Je veux que mes mains se balancent au vent, pour que les gens puissent voir que, les mains vides, nous arrivons dans ce monde et, les mains vides, nous en repartons quand s'épuise pour nous le trésor le plus précieux de tous : le temps...

En mourant, nous n'emportons aucun bien matériel avec nous ; bien que les bonnes actions, je pense, soient une espèce de chèques de voyage.
 
« LE TEMPS » est le trésor le plus précieux que nous ayons parce qu'il est Limité.
 Nous pouvons produire plus d'argent, mais pas plus de temps.
 
Quand nous consacrons du temps à quelqu'un, nous lui accordons une portion de notre vie que nous ne pourrons jamais récupérer, notre temps est notre vie.
 
LE MEILLEUR CADEAU que tu puisses donner à quelqu'un est ton TEMPS et accorde-le TOUJOURS à la FAMILLE, au CONJOINT ou à des BON AMIS.
 

ligne_roulante001.gif



Dévoiler la rose


Un homme planta une rose et prit soin de l'arroser fidèlement.

Juste avant qu'elle fleurisse, il l'examina. Il vit le bouton en fleur et aussi les épines. Alors il pensa : « Comment est-il possible qu'une fleur si magnifique provienne d'une plante chargée d'autant d'épines piquantes? »
Cette pensée le rendit triste si bien qu’il négligea d'arroser la rose et comme elle était prête à fleurir, faute d’être abreuvée, elle mourut.


Il en est ainsi pour tant d’aspects de notre vie.

À l'intérieur de chaque âme se trouve une rose. Les qualités divines semées en nous à la naissance grandissent parmi les épines de nos erreurs.

Nous sommes plusieurs à nous regarder et à voir seulement nos épines, nos défauts. Nous désespérons, en pensant peut-être que rien de bon ne peut sortir de nous. Nous négligeons ainsi, à l’instar de cet homme pour sa rose, d'arroser le bien qui est en nous, et finalement, il meurt. Nous ne donnons jamais libre cours à notre potentiel.

Certains ne voient pas la rose à l'intérieur d'eux-mêmes, un autre doit la leur montrer. Un des dons les plus extraordinaires est la capacité de trouver la rose à l'intérieur d’autrui malgré les épines.

C'est la caractéristique de l'amour de regarder une personne et, en dépit des erreurs commises, de reconnaître la noblesse de son âme. Nous l'aiderons ainsi à comprendre qu'elle peut dépasser ses erreurs.
Si nous lui montrons avant tout la rose splendide qu’elle est appelée à devenir, elle fera la conquête des épines et se pardonnera ses imperfections passées. Alors elle fleurira, et plus loin fleuriront trente, soixante, une centaine de plants comme celui qui lui a été donné.

Notre devoir en ce monde est d'aider les autres en leur dévoilant leurs roses et non leurs épines. Alors seulement, nous parviendrons à éprouver l'amour que nous devrions ressentir pour chacun, alors seulement nous fleurirons dans notre propre jardin.
 Extrait du site : www.lapetitedouceur.org

 ligne_2_018.gif

 


Date de création : 15/03/2013 @ 19:47
Dernière modification : 13/12/2013 @ 19:07
Catégorie : C.R.I.-E.V.H.
Page lue 2938 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Pensée du jour
 
  ycoeur17.gif
Aujourd’hui, l’homme se comporte avec encore moins de gratitude que ne manifestent les animaux et les oiseaux. Il est ingrat envers ses parents, ses enseignants, la société. Il fait étalage de son adhésion à la Vérité, à l’Action juste, à la Paix, à l’Amour et à la Non-violence (les cinq Valeurs Humaines), mais il ne pratique aucune d’elles. Tout ceci est causé par son égoïsme intense et sa préoccupation au sujet de ses propres affaires et ses propres intérêts.
ycoeur17.gif  
 
Mode d'emploi

Pour visionner les diaporamas que vous trouvez dans la boîte ci-dessous, vous devez avoir la visionneuse Microsoft Power Point que vous trouverez sous la rubrique téléchargement. Cliquez sur le diaporama de votre choix. Lorsque la page sera ouverte, cliquez sur le bouton droit de la souris pour sélectionner le plein écran (ou pour mettre fin au diaporama). Pour télécharger les diaporamas faites un clic droit sur le titre et :enregistrer sous.

Les diaporamas
Éphéméride
Lundi
11
Décembre 2017

Bonne fête à tous les :
Daniel


C'était aussi un 11 Décembre
1941

L'Allemagne et l'Italie déclarent la guerre aux Etats-Unis.


Né(e) un 11 Décembre 1803
Hector Berlioz

Vous venez de

En ligne


Canada Canada : 2
Italy Italy : 8
United Kingdom United Kingdom : 19
United States United States : 1

Visiteurs/pays cette année

1
Algeria Algeria 1
Australia Australia 19
Austria Austria 14
Azerbaijan Azerbaijan 1
Belgium Belgium 20
Brazil Brazil 12
Canada Canada 4280
China China 7
Congo Congo 1
Costa Rica Costa Rica 1
Czech Republic Czech Republic 3
Denmark Denmark 15
Dominican Republic Dominican Republic 1
Egypt Egypt 3
Estonia Estonia 1
Europe Europe 1
Finland Finland 1
France France 2682
French Polynesia French Polynesia 1
Germany Germany 643
Greece Greece 7
Guinea Guinea 10
Haiti Haiti 6
Hong Kong Hong Kong 1
Hungary Hungary 8
India India 3
Indonesia Indonesia 2
Ireland Ireland 2
Israel Israel 7
Italy Italy 26892
Japan Japan 14
Kazakhstan Kazakhstan 1
Korea Korea 2
Kuwait Kuwait 81
Lebanon Lebanon 2
Luxembourg Luxembourg 4
Malaysia Malaysia 1
Mali Mali 4
Marocco Marocco 1
Mexico Mexico 4
Netherlands Netherlands 69
New Zealand New Zealand 1
Norway Norway 47
Pakistan Pakistan 1
Philippines Philippines 1
Poland Poland 31
Portugal Portugal 2
Romania Romania 17
Russia Russia 253
Rwanda Rwanda 1
Saint Kitts and Nevis Saint Kitts and Nevis 1
Slovak Republic Slovak Republic 10
South Africa South Africa 4
Spain Spain 13
Sweden Sweden 45
Switzerland Switzerland 52
Taiwan Taiwan 8
Thailand Thailand 1
Turkey Turkey 1
Ukraine Ukraine 13
United Arab Emirates United Arab Emirates 6
United Kingdom United Kingdom 48159
United Kingdom United Kingdom 72603
United States United States 4261
United States United States 6053
ivory coast ivory coast 3

Vous venez de :

^ Haut ^