Texte à méditer :  

Si le plaisir est un intervalle entre deux souffrances,  la souffrance n’est qu’un intervalle entre deux plaisirs.
 
  


La bouée de sauvetage

Fermer Bouée de sauvetage

Fermer C.R.I.-E.V.H.

Fermer Pédagogie

Fermer Livres

Valeurs humaines

Fermer La vérité

Fermer L'action juste

Fermer L'amour

Fermer La paix

Fermer La Non-Violence

E. V. H.
Le cercle d\'étude

Les pensées du jour

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
164 Abonnés
Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 55 membres


Connectés :

( personne )
Recherche




C.R.I.-E.V.H. - n°11 2010 1° partie


 

CRI n°11  2010

1 ière partie 

 

ligne_2_018.gif

 



L’essence de la confiance


 

Une fillette et son père traversaient un pont.
Le père craintif et prudent demande à sa petite fille,
«Ma chérie, s'il te plaît tiens-moi la main de sorte que tu ne tombes pas dans la rivière.
La petite fille dit: «Non, papa. Tu me tiens la main. "
«Quelle est la différence? Demanda le père perplexe.
«Il ya une grande différence, répondit la petite fille.   

«Si je prends ta main et que quelque chose m’arrive, il est probable que je lâcherai ta main.
Mais si tu me tiens la main, je sais avec certitude que quoi qu'il arrive, tu ne la lâcheras jamais. "  

Dans toute relation, l'essence de la confiance n'est pas d’être lié, mais dans la façon d’être lié.  

Aussi tenez la main de la personne que vous aimez, plutôt que d'attendre qu'elle tienne la votre.

.

ligne_roulante001.gif

 

LA MEDITATION : UNE MEDECINE D’AVANT-GARDE ?



Du 8 au 10 novembre 2005, plusieurs scientifiques de renommée internationale rencontraient le dalaï-lama et d’autres personnalités du monde spirituel pour débattre des bases scientifiques et des applications cliniques de la méditation. Organisées par le Mind and Life Institute, ces trois journées se déroulaient à Washington, juste avant l’ouverture du Congrès annuel de la Society for Neuroscience où le dalaï-lama était invité à prendre la parole.  

Synergies

Il n’existe sans doute pas de meilleur exemple d’interdisciplinarité et de complémentarité que celui du Mind and Life Institute. Au départ, deux hommes : Adam Engle, avocat et homme d’affaire américain, et Francisco Varela, neurobiologiste chilien, diplômé de Harvard et directeur de recherche au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) à Paris. Rien ne les prédestinait à se rencontrer, si ce n’est le fait que, chacun de leur côté, ils s’étaient convertis au bouddhisme et que, tous les deux, ils avaient entendu parler de l’intérêt du dalaï-lama pour la science occidentale. C’est une femme, Joan Halifax, enseignante bouddhiste zen, qui, en 1985, eut la bonne idée de les réunir. Le Mind and Life Institute était né. L’esprit et la vie. Avec un objectif : établir un dialogue entre la science et le bouddhisme. Deux cultures qui, chacune à leur manière, tentent de comprendre la nature de la réalité afin d’améliorer la condition humaine. Un projet ambitieux, donc. Puisque rien n’est plus difficile que réussir un dialogue constructif entre deux cultures. Deux ans plus tard, une première rencontre fut organisée entre le dalaï-lama et des chercheurs, dans les appartements privés du chef spirituel des Tibétains, à Dharamsala. Une dizaine d’autres réunions se déroulèrent en petit comité jusqu’en 2003, lorsque le prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), invita Engle à organiser une réunion à Boston, en présence d’un public plus large. Entre temps, Francisco Varela était décédé au mois de mai 2001. Il aurait certainement apprécié de constater à quel point, aujourd’hui, les dialogues du Mind and Life Institute suscitent l’intérêt de la communauté scientifique.

Qui aurait pu imaginer vingt ans plus tôt que, pour leur treizième édition, ces rencontres scientifico-spirituelles seraient parrainées par deux institutions aussi sérieuses que la Johns Hopkins University de Baltimore et la Georgetown University de Washington ? « Notre mission est d’aborder des territoires inexplorés et de comprendre ce qui nous paraît encore incompréhensible. Nous devons rester ouverts à de nouvelles questions pour apporter de nouvelles réponses », résumait fort bien Edward Miller, le doyen de la faculté de médecine de Johns Hopkins, dans son allocution inaugurale. Cette fois, il s’agissait d’évaluer les bases scientifiques et l’efficacité clinique de la méditation. Des questions que les chercheurs occidentaux se posent depuis longtemps. Mais ce n’est que depuis les récents progrès des neurosciences qu’ils commencent à y apporter des réponses. Une évolution que le parcours de Jon Kabat-Zinn et de Richard Davidson, les responsables du programme scientifique de ces journées, illustre parfaitement.

Une manière de vaincre le stress

Depuis le début des années 1970, le biologiste Jon Kabat-Zinn, s’intéresse aux interactions du corps et de l’esprit. Très vite, il comprend l’intérêt de recourir à des techniques méditatives basées sur la notion de la « pleine conscience » (mindfulness). Apaiser l’esprit pour relâcher le corps. Débarrassée de toute connotation religieuse, exotique ou orientale, la méthode qu’il propose prend alors le nom scientifique mindfulness-based stress reduction (MBSR). « Une manière de rassurer les suspicieux. Un moyen d’intégrer la méditation dans la pratique clinique », commente Kabat-Zinn. L’approche consiste avant tout à développer une attention, instant après instant, dans le présent. Une pratique méditative « allégée » qu’il enseigne au sein de la Clinique de réduction du stress de l’université du Massachusetts. Son programme d’apprentissage est simple : une séance de deux heures et demi, une fois par semaine, durant huit semaines, plus une heure par jour d’entraînement chez soi. Depuis vingt cinq ans, plus de quinze mille personnes en ont bénéficié pour aider au traitement de troubles aussi divers que des problèmes cardiaques, le sida, des douleurs chroniques, des dysfonctionnements gastro-intestinaux, des migraines, de l’hypertension artérielle, des troubles du sommeil, de l’anxiété ou de la panique. Forte de ses succès, la MBSR est aujourd’hui enseignée aux étudiants dans vingt neuf facultés de médecine à travers les Etats-Unis. « Cela change les rapports que les médecins entretiennent avec leurs patients », expliquait Jon Kabat-Zinn au dalaï-lama. De plus en plus d’études cliniques démontrent l’intérêt de la méthode. L’une d’elle, rapportée au cours des journées du Mind and Life, montre qu’en cas de psoriasis, la photothérapie à base de rayons ultraviolets obtient des résultats nettement supérieurs si elle est associée à la pratique de la MBSR. « Par son action sur le stress, la méditation pourrait jouer un rôle essentiel dans la prévention et la guérison de nombreuses pathologies », concluait Kabat-Zinn. Une opinion que partageaient Robert Sapolsky, professeur de biologie et de neurologie à Stanford, John Sheridan, professeur d’immunologie à l’Ohio State University, et Esther Sternberg, directrice du programme de recherche neuro-immunologique au National Institutes of Health (équivalent du CNRS français).  

Des moines au labo

Ami de Kabat-Zinn depuis longtemps, Richard Davidson a adopté une démarche nettement moins empirique. Et pour cause : professeur de psychologie et de psychiatrie à l’Université du Wisconsin, il est aussi à la tête d’un laboratoire ultramoderne où capteurs électriques et imagerie par résonance magnétique fonctionnelle lui permettent d’enregistrer l’activité du cerveau en temps réel. Ainsi, il a pu montrer que le fait de méditer régulièrement augmentait l’activité de la partie antérieure du cerveau gauche (appelée : cortex préfrontal), laquelle est associée à la gestion des émotions positives et, de là, à une meilleure qualité des défenses immunitaires. Après deux mois, un test de vaccination mettait en évidence une production d’anticorps nettement supérieure chez les sujets ayant pratiqué la méditation de manière régulière par rapport à des personnes n’ayant jamais médité.

Dans une autre étude, à laquelle participait le moine bouddhiste français Matthieu Ricard, Richard Davidson et Antoine Lutz (un autre Français, ancien élève de Francisco Varela) ont montré que, par rapport à l’activité cérébrale de personnes peu habituées à méditer, celle de moines ayant passé plus de dix mille heures en méditation générait beaucoup plus d’ondes gamma. Ondes gamma qui d’après Wolf Singer, directeur de l’Institut Max Planck de Francfort, également présent à Washington, augmentent la cohérence de l’activité cérébrale, permettant ainsi à plusieurs aires du cerveau de synchroniser leur fonctionnement et, donc, d’accroître le niveau de conscience des sujets habitués à méditer. Evidemment, on peut imaginer que ces particularités sont à l’origine de la vocation des moines au lieu d’être une conséquence de leur assiduité à la méditation. Pour répondre à cette hypothèse, Lutz et Davidson ont comparé les « performances » de moines ayant médité durant quarante mille heures à celles de moines n’ayant pratiqué que dix mille heures. Les résultats sont éloquents : plus les moines ont passé du temps à méditer, plus ils manifestent des ondes gamma, et ce indépendamment de leur âge. « Il semble donc qu’un entraînement mental permette d’atteindre un état de conscience plus ouvert et une meilleure clarté de l’esprit », concluait Wolf Singer.
 
Par ailleurs, des images obtenues par la résonance magnétique fonctionnelle ont montré, chez les moines aguerris, une nette augmentation de l’activité de leur cortex préfrontal gauche, en relation avec les émotions positives. Et, lorsque des photographies représentant la souffrance leurs étaient montrées, les régions cérébrales responsables du mouvement planifié s’activaient immédiatement. Comme si la pratique méditative les incitait à passer à l’action pour aider ceux qui en ont besoin. « Passer du temps à méditer loin du monde prépare sans doute à une action plus juste et plus altruiste dans le monde », commentait Matthieu Ricard.

Entraîner le cerveau

Le concept central de ces journées du Mind and Life Institute fut donc celui de la plasticité du cerveau. La découverte est relativement récente : en fonction de leur utilisation, les connexions neuronales disparaissent ou, au contraire, se créent ou se renforcent. Et comme le faisait remarquer Richard Davidson, les résultats obtenus avec la méditation semblent prouver que des signaux purement mentaux suffisent à déclencher le phénomène. Certains changements apparaissent en quelques minutes ou quelques heures. D’autres, plus profonds, prennent davantage de temps. Ainsi, la discipline et la pratique – éléments essentiels de toute démarche spirituelle - n’influencent pas seulement la pensée, elles provoquent de véritables remaniements dans l’agencement des cellules du cerveau et, inévitablement, ceux-ci finissent par rejaillir sur le fonctionnement du corps. La démonstration ne pouvait que réjouir le dalaï-lama, Thomas Keating (moine cistercien américain), Ajahn Amaro (psychologue et moine bouddhiste anglais), Jan Chozen Bays (pédiatre et nonne bouddhiste américaine), Joan Halifax et toutes les autres personnalités du monde spirituel éparpillées au milieu des deux mille cinq cent participants à ces trois journées de dialogues.  
Comme le faisait remarquer Jack Kornfield, psychologue, moine bouddhiste et auteur du succulent Après l’extase, la lessive (éditions de la Table Ronde, 2001), lui aussi présent aux côtés du dalaï-lama, il y a des milliers de façons de pratiquer la « pleine conscience ». L’une d’entre elle, la mindfulness-based cognitive therapy (MBCT) est particulièrement adaptée à notre culture médicale occidentale. Apprendre à observer sans attachement, instant après instant, les sensations du corps et les pensées de l’esprit. Inspirée de la MBSR de Jon Kabat-Zinn, cette méthode rivalise avec les thérapies cognitives et comportementales utilisées pour traiter la dépression et ses récidives. Les résultats présentés par Zindel Segal, professeur de psychiatrie à l’université de Toronto, sont éloquents : comparée à un traitement placebo qui prévient les récidives de dépression dans 19% des cas, la MBCT améliore ce score à 60%, un bénéfice proche des 75% enregistrés avec les thérapies cognitives classiques où les patients apprennent à changer leurs croyances et leur manière de réagir aux évènements de leur existence. Néanmoins, une étude présentée par Helen Mayberg, professeur de psychiatrie et de neurologie à l’Emory University d’Atlanta, semble indiquer que, au niveau du cerveau, le mode d’action de la méditation et de ses dérivés type MBCT diffère de celui des thérapies cognitives classiques. Des images obtenues par scanner à émission de positrons (PETScan) laissent penser que l’état de « pleine conscience » agit directement sur l’équilibre entre les zones cérébrales en relation avec le fonctionnement du corps et celles orientées vers l’élaboration de la pensée. La méditation et la MBCT apparaissent donc comme de véritables médecines du corps et de l’esprit.     

Intégration

Ainsi, la méditation, pratique spirituelle millénaire, est en train de devenir un remède pour soigner les maux de nos sociétés modernes. Loin d’être une méthode démodée, elle est peut-être tout simplement en avance sur son temps. « En tibétain, il n’existe pas de mot pour traduire le ‘‘stress’’ », faisait remarquer Esther Sternberg. Or, c’est précisément ce stress qui est à l’origine d’un grand nombre de nos souffrances psychologiques et physiques. Peur, angoisse, tension, douleur, agressivité et violence. « Il y aurait un réel intérêt à apprendre aux gens à réguler leur attention, calmer leurs craintes et développer une attitude neutre par rapport aux évènements de la vie », constatait John Teasdale, psychologue et chercheur à Cambridge. Car « le but principal des dialogues du Mind and Life Institute c’est d’aider l’humanité en proie à la violence », rappelait le dalaï-lama. « Une violence nourrie par les médias », s’inquiétait Jan Chozen Bays en relevant le fait que « nos cerveaux ne sont probablement pas conçus pour ingurgiter tant de souffrance. Jadis, il fallait faire face aux difficultés de sa petite tribu. Aujourd’hui, c’est au malheur du monde entier que la télévision nous oblige de répondre. »

De l’avis des nombreux spécialistes présents à Washington, la compréhension des mécanismes neurologiques de la méditation permettra d’inclure ses principes dans nos attitudes préventives et dans nos stratégies curatives. « Nous avons tous emprunté des chemins différents pour arriver jusqu’ici, constatait Ralph Snyderman, professeur de médecine et ancien président de la Duke University. Cependant, nous souhaitons tous trouver des moyens pour diminuer la souffrance. Et nous savons tous que la technologie n’y suffira pas. » Loin de renier les acquis de la médecine scientifique, il paraît donc opportun de lui adjoindre des méthodes issues de l’expérience séculaire de notre humanité. « Si il est prouvé qu’une retraite méditative peut aider à guérir une dépression, il n’en reste pas moins vrai que, parfois, un médicament anti-dépresseur est nécessaire pour permettre au patient de sortir du gouffre et envisager la possibilité d’entreprendre un programme de méditation », faisait remarquer Jan Chozen Bays, dont la double culture, scientifique et spirituelle, lui permet de jeter la passerelle indispensable à cette approche médicale « intégrée ».        
« Face aux problèmes d’attention et d’agressivité que nous rencontrons dans nos écoles, il faudrait peut-être y introduire l’enseignement de la méditation dès les petites classes », me disait un fonctionnaire de l’U.S. Department of Education, assis à mes côtés tout au long de ses journées. C’est sans doute ce qu’espère Richard Davidson lorsqu’il déclare qu’« un jour, en plus de leur programme d’‘‘éducation physique’’, nos enfants bénéficieront peut-être d’une initiation à l’‘‘éducation mentale et spirituelle’’. Qui sait ?

En tout cas, il paraît important de préciser que la  spiritualité n’est envisagée ici que dans sa conception la plus pure, débarrassée de ses préjugés religieux. « Il ne s’agit pas d’une affaire de foi et de croyance, précisait le dalaï-lama. Mais plutôt d’une préoccupation éthique et morale. Il est de notre responsabilité d’être humain d’utiliser notre intelligence pour comprendre la nature et le fonctionnement de notre esprit. » Cette précision rassurera peut-être les scientifiques suspicieux qui insistent pour que la science reste indépendante de toute forme d’influence religieuse. Car le débat est passionné. Pour preuve, la pétition signée par des médecins et des chercheurs pour protester contre l’invitation faite au dalaï-lama par la Society for Neuroscience afin qu’il prononce le discours inaugural du Congrès qui se tenait à Washington, quelques jours après les rencontres du Mind and Life Institute. « Si la science prouve que certaines croyances du bouddhisme sont fausses, alors le bouddhisme les changera », confiait le dalaï-lama à la docte assemblée. Force est de constater que, à ce jour, les conclusions issues de l’expérience millénaire du bouddhisme rejoignent celles qui découlent de la méthode scientifique. Et, les deux approches nourrissant le même désir d’aider l’évolution de l’humanité, il paraît logique de les voir unir leurs efforts. Isaac Newton n’a-t-il pas écrit « les hommes construisent trop de murs, pas assez de ponts » ?  
 

Thierry Janssen

Médecin, chirurgien et psychothérapeute, auteur des livres Le Travail d’une vie (Robert Laffont, 2001), Vivre en paix (Robert Laffont, 2003) et La Solution intérieure. Vers une nouvelle médecine du corps et de l’esprit (Fayard, 2006)


ligne_roulante001.gif



Le Bonheur

 Lama Guendune Rinpoche
(un ami proche du Dalaï Lama)

 

Le bonheur ne se trouve pas avec effort et volonté,
Mais réside là, tout proche,
Dans la détente et l’abandon.
Ne sois pas inquiet, il n’y a rien à faire.
Tout ce qui s’élève dans l’esprit n’a aucune importance.
Parce que dépourvu de toute réalité.
Ne t’attache pas aux pensées, ne les juge pas.
Laisse le jeu de l’esprit se faire tout seul,
S’élever et retomber,
Sans intervenir.
Tout s’évanouit et recommence à nouveau, sans cesse.
Cette quête même du bonheur est ce qui t’empêche de le trouver.
Comme un arc-en-ciel qu’on poursuit sans jamais le rattraper.
Parce qu’il n’existe pas, parce qu’il a toujours été là,
Et parce qu’il t’accompagne à chaque instant.
Ne crois pas à la réalité des choses bonnes ou mauvaises,
Elles sont semblables aux arcs-en-ciel.
A vouloir saisir l’insaisissable, on s’épuise en vain.
Dès lors qu’on relâche cette saisie, l’espace est là,
Ouvert, hospitalier et confortable.
Alors jouis-en.
Ne cherche plus.
Tout est déjà tien.
A quoi bon aller traquer dans la jungle inextricable,
L’éléphant qui demeure tranquillement chez lui.
Cesse de faire.
Cesse de forcer.
Cesse de vouloir.
Et tout se trouvera accompli, Naturellement.
 

 ligne_2_018.gif

 

 

 

 

 


 



Date de création : 02/04/2010 @ 14:35
Dernière modification : 02/04/2010 @ 15:00
Catégorie : C.R.I.-E.V.H.
Page lue 5752 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Pensée du jour
 
  ycoeur17.gif
Un bloc de sel déposé dans un récipient d'eau, se dissout aussitôt et disparaît, tout en demeurant en chaque goutte d'eau. On ne distingue plus le bloc de sel, mais en goûtant l'eau, on reconnaît sa présence. De même, Dieu existe en tout, bien qu'on ne puisse Le voir, seule Sa saveur vous permet de Le percevoir. Vous êtes cette saveur, vous êtes une gouttelette d'eau divine. Cela est la Vérité ou "Tu es Cela". Un arbre est alimenté et maintenu fixé au sol par une multitude de racines. Ses branches s'étendent dans toutes les directions, ses milliers de feuilles captent l'énergie solaire, et les abeilles viennent polliniser ses fleurs qui donneront naissance à des graines. Cette variété infinie de couleurs, d'odeurs, de tailles, de formes, de textures provient d'une seule graine. Pareillement, toute la création émane de Dieu. C'est la réalité, soyez-en fermement convaincu !
ycoeur17.gif
 

 

Mode d'emploi

Pour visionner les diaporamas que vous trouvez dans la boîte ci-dessous, vous devez avoir la visionneuse Microsoft Power Point que vous trouverez sous la rubrique téléchargement. Cliquez sur le diaporama de votre choix. Lorsque la page sera ouverte, cliquez sur le bouton droit de la souris pour sélectionner le plein écran (ou pour mettre fin au diaporama). Pour télécharger les diaporamas faites un clic droit sur le titre et :enregistrer sous.

Les diaporamas
Éphéméride
Vendredi
23
Août 2019

Bonne fête à toutes les
Rose de Lima


C'était aussi un 23 Août
1927

Les anarchistes Sacco et Vanzetti sont exécutés aux Etats-Unis.


Né(e) un 23 Août 1949
Jacques Weber

Vous venez de

En ligne


Italy Italy : 1
United States United States : 30

Visiteurs/pays cette année

9
Afghanistan Afghanistan 8
Albania Albania 19
Algeria Algeria 8
Andorra Andorra 3
Argentina Argentina 153
Armenia Armenia 7
Australia Australia 518
Austria Austria 159
Azerbaijan Azerbaijan 5
Bangladesh Bangladesh 111
Barbados Barbados 1
Belarus Belarus 45
Belgium Belgium 50
Bolivia Bolivia 84
Bosnia and Herzegovina Bosnia and Herzegovina 7
Botswana Botswana 2
Brazil Brazil 385
Bulgaria Bulgaria 134
Burundi Burundi 4
Cambodia Cambodia 41
Canada Canada 964
Chile Chile 44
China China 103
Colombia Colombia 124
Costa Rica Costa Rica 9
Croatia Croatia 30
Cyprus Cyprus 6
Czech Republic Czech Republic 135
Denmark Denmark 53
Dominican Republic Dominican Republic 4
Ecuador Ecuador 16
Egypt Egypt 47
El Salvador El Salvador 7
Estonia Estonia 5
Europe Europe 2
Finland Finland 6
France France 737
French Polynesia French Polynesia 1
Georgia Georgia 27
Germany Germany 818
Ghana Ghana 1
Greece Greece 65
Guam Guam 1
Guatemala Guatemala 2
Guinea Guinea 4
Haiti Haiti 45
Honduras Honduras 2
Hong Kong Hong Kong 139
Hungary Hungary 71
Iceland Iceland 30
India India 170
Indonesia Indonesia 582
Iran Iran 185
Ireland Ireland 12
Israel Israel 53
Italy Italy 272
Jamaica Jamaica 2
Japan Japan 406
Kazakhstan Kazakhstan 46
Korea Korea 26
Kuwait Kuwait 112
Kyrgyzstan Kyrgyzstan 23
Laos Laos 3
Latvia Latvia 43
Lebanon Lebanon 32
Libya Libya 1
Lithuania Lithuania 36
Luxembourg Luxembourg 49
Macedonia Macedonia 5
Malaysia Malaysia 51
Maldives Maldives 2
Mali Mali 1
Malta Malta 7
Mexico Mexico 140
Moldova Moldova 10
Mongolia Mongolia 26
Mozambique Mozambique 18
Myanmar Myanmar 14
Nepal Nepal 87
Netherlands Netherlands 184
Netherlands Antilles Netherlands Antilles 36
New Caledonia New Caledonia 6
New Zealand New Zealand 43
Nicaragua Nicaragua 2
Norway Norway 58
Oman Oman 4
Pakistan Pakistan 68
Palestinian Territories Palestinian Territories 27
Panama Panama 17
Paraguay Paraguay 4
Peru Peru 58
Philippines Philippines 129
Poland Poland 141
Portugal Portugal 13
Puerto Rico Puerto Rico 1
Qatar Qatar 7
Romania Romania 75
Russia Russia 1188
Saudi Arabia Saudi Arabia 66
Serbia Serbia 84
Singapore Singapore 27
Slovak Republic Slovak Republic 56
Slovenia Slovenia 15
South Africa South Africa 191
Spain Spain 183
Sri Lanka Sri Lanka 9
Sudan Sudan 2
Swaziland Swaziland 2
Sweden Sweden 103
Switzerland Switzerland 176
Syrian Arab Republic Syrian Arab Republic 42
Taiwan Taiwan 43
Tajikistan Tajikistan 2
Tanzania Tanzania 44
Thailand Thailand 248
Turkey Turkey 49
Uganda Uganda 3
Ukraine Ukraine 193
United Arab Emirates United Arab Emirates 61
United Kingdom United Kingdom 1540
United States United States 2807
United States United States 2807
United States United States 94380
Uruguay Uruguay 9
Uzbekistan Uzbekistan 38
Venezuela Venezuela 54
Vietnam Vietnam 14
Virgin Islands Virgin Islands 1
Yemen Yemen 9
Zimbabwe Zimbabwe 8
ivory coast ivory coast 3

Vous venez de :

doxycycline1.com
doxycycline1.com
lisinopril40.com
albendazoletablets.com
synthroid1.com
albendazoletablets.com
albendazoletablets.com
tadalafil2.com
www.google.fr
lisinopril40.com
synthroid1.com
tadalafil2.com
tadalafil2.com
albendazoletablets.com
albendazoletablets.com
lisinopril40.com
lisinopril40.com
albuterol100.com
www.cri-evh.com
lisinopril40.com
doxycycline1.com
valtrex1.com
www.cri-evh.com
prednisolone40.com
tadalafil2.com
synthroid1.com
tadalafil2.com
amoxicillin500.com
valtrex1.com
albuterol100.com
albuterol100.com
lasix100.com
lisinopril40.com
tadalafil2.com
albuterol100.com
valtrex1.com
amoxicillin500.com
albendazoletablets.com
synthroid1.com
doxycycline1.com
albuterol100.com
albuterol100.com
prednisolone40.com
tadalafil2.com
valtrex1.com
amoxicillin500.com
synthroid1.com
albuterol100.com
lasix100.com
tadalafil2.com
doxycycline1.com
albuterol100.com
albendazoletablets.com
synthroid1.com
prednisolone40.com
albendazoletablets.com
synthroid1.com
lisinopril40.com
www.cri-evh.com
lasix100.com
tadalafil2.com
tadalafil2.com
synthroid1.com
albuterol100.com
doxycycline1.com
valtrex1.com
synthroid1.com
albendazoletablets.com
lasix100.com
tadalafil2.com
prednisolone40.com
lisinopril40.com
albendazoletablets.com
doxycycline1.com
valtrex1.com
doxycycline1.com
albendazoletablets.com
albuterol100.com
tadalafil2.com
albendazoletablets.com
prednisolone40.com
synthroid1.com
lisinopril40.com
prednisolone40.com
synthroid1.com
valtrex1.com
doxycycline1.com
lisinopril40.com
^ Haut ^