Texte à méditer :  

Aimez tout le monde, servez tout le monde.
 
  


La bouée de sauvetage

Fermer Bouée de sauvetage

Fermer C.R.I.-E.V.H.

Fermer Pédagogie

Fermer Livres

Valeurs humaines

Fermer La vérité

Fermer L'action juste

Fermer L'amour

Fermer La paix

Fermer La Non-Violence

E. V. H.
Le cercle d\'étude

Les pensées du jour

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
163 Abonnés
Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 54 membres


Connectés :

( personne )
Recherche




C.R.I.-E.V.H. - n°10 2009 2° partie

www.cri-evh.com/articles.php
 

CRI n°10  2009

2ième partie

 

ligne_2_018.gif

 

 Retirer les pierres

 Un petit garçon passait son samedi matin à jouer dans son bac à sable. Il avait avec lui sa boîte de voitures et de camions, son seau en plastique et une belle pelle en plastique rouge. Il était entrain de construire des routes et des tunnels dans le sable doux lorsqu’il découvrit une grosse pierre au milieu du bac à sable.

Le garçon creusa autour de la pierre pour essayer de la retirer. De toutes ses forces il poussa et repoussa la pierre se servant même de ses pieds. (Il était très petit et la pierre était très grosse.) Le garçon réussit à mettre la pierre au bord  du bac à sable mais il ne pût pas la faire passer au-dessus du petit muret.

Déterminé le petit garçon poussait, s’arc-boutait, mais à chaque fois qu’il pensait avoir fait quelques progrès, la pierre glissait et retombait dans le bac. Le petit garçon grommelait, poussait et repoussait, abîmant ses petits doigts potelés mais la pierre retombait toujours.
A la fin de frustration il éclata en larmes. Pendant ce temps, le père du garçon regardait se dérouler le drame, par la fenêtre du salon.

Au moment où les larmes tombaient une grande ombre recouvrit le garçon et le bac à sable. C’était le père du garçon.
Gentiment mais fermement il lui dit : « Mon fils es-tu sûr d’avoir utilisé toutes les forces dont tu disposes ? »
Déconfit le garçon se retourna : « Mais je l’ai fait Papa, je me suis servi de toutes mes forces ! »
« Non mon fils » rectifia le père gentiment.
«  Tu n’as pas utilisé toutes tes forces. Tu ne m’as pas appelé »
Disant cela le père prit la pierre et la mit hors du bac à sable.

Avez-vous dans votre vie des pierres que vous avez besoin de retirer ? Avez-vous découvert que vous n’avez pas fait tout ce qu’il faut pour les retirer ? Il y a le Un qui est toujours disponible pour nous et qui désire nous donner toutes les forces dont nous avons besoin. N’est-ce pas risible la façon dont nous essayons si fort de tout faire nous-mêmes ?

ligne_roulante001.gif


Les douces larmes de reconnaissance

C’était une semaine avant Noël, Jenny 10 ans et sa maman étaient occupées à faire des courses dans une rue très commerçante. La rue regorgeait de gens qui se précipitaient de toutes parts, essayant de faire le plus possible de courses. Jenny s’agrippait à la main de sa mère car elle craignait de tomber à cause de cette foule qui courait et poussait de tous côtés.
Il y avait de longues queues dans les magasins, aux caisses, dans les restaurants et même aux toilettes !

Jenny était très heureuse car sa maman l’emmenait spécialement dans les magasins pour lui acheter son cadeau de Noël. Jenny avait eu un beau sourire sur son visage toute la journée !
Faisant ses courses dans la même rue, il y avait une adorable vieille dame qui s’appelait Madame Thomas. Elle sortait juste de maladie et avait décidé de sortir aujourd’hui, pour acheter non seulement des cadeaux de Noël  mais aussi des cadeaux de remerciements pour sa famille et les amis qui avaient pris soin d’elle durant sa maladie.

Mme Thomas avait justement fini ses achats et était sur le chemin du retour lorsque tout à coup un jeune homme en costume bleu qui se ruait avec précipitation et passa si près d’elle avec une telle force, qu’elle perdit son équilibre et tomba sur le sol. En tombant sur le sol elle poussa un cri !
Le jeune homme n’avait pas remarqué que Mme Thomas était tombée, il continuait d’essayer d’attraper son bus. Il semblait aussi que dans cette rue si  affairée avec des centaines de personnes se précipitant tout autour, personne ne s’arrêtait pour aider Mme Thomas… Personne exceptées Jenny et sa maman. Voyant que Mme Thomas était tombée sur le sol, la maman de Jenny, sans un moment d’hésitation, se précipita vers Mme Thomas pour lui offrir de l’aide. Jenny aussi alla pour aider.

Il apparaissait que Mme Thomas souffrait et qu’elle ne pouvait plus bouger sa jambe droite. Ses yeux étaient pleins de grosses larmes qui coulaient rapidement et lui couvraient le visage. La maman de Jenny parlait doucement et calmement à Mme Thomas, elle lui disait de ne pas se faire de souci que cela allait s’arranger. La maman de Jenny appela le 112 et expliqua ce qui était arrivé. Pendant que sa maman parlait au téléphone, Jenny parlait doucement et aimablement à Mme Thomas. Elle donna à Mme Thomas quelques mouchoirs pour sécher ses larmes et lui tenait les mains gentiment.

Jenny remarqua que bien que Mme Thomas souffrait encore, elle avait maintenant un sourire sur son visage et paraissait être un peu mieux.
La maman de Jenny réconforta Mme Thomas et lui dit qu’elle resterait avec elle jusqu’à l’arrivée de l’ambulance. Ensuite elles réunirent le sac à main et les paquets de Mme Thomas et les placèrent près d’elle.
En moins de 10 minutes l’ambulance arriva et Mme Thomas fut conduite à l’hôpital le plus proche. Avant de monter dans l’ambulance Mme Thomas remercia Jenny et sa maman pour leur aide, leur réconfort et leur amour. Elle pleurait maintenant, mais ce n’étaient plus des larmes de douleur mais des larmes de reconnaissance. L’ambulancier aussi remercia la maman de jenny pour avoir fait le 112 et d’avoir pris soin de Mme Thomas jusqu’à ce qu’ils arrivent.
Jenny et sa maman n’avaient plus envie de faire des achats aussi elles décidèrent de rentrer à la maison. Lorsqu’elle repensait aux remerciements de Mme Thomas pour leur aide, comme elle était belle lorsqu’elle souriait et à la fin ses douces larmes de reconnaissance, Jenny ressentait un sentiment d’amour et avait chaud au cœur. Elle réalisait qu’elle et sa mère avaient fait  quelque chose de spécial.  

Questions:

1) Comment vous êtes-vous sentis lorsque vous avez entendu cette histoire?
2) Est-ce que cette histoire vous a rappelé quelque chose dans votre vie?
3) Quel titre donneriez-vous à cette histoire?
4) Qu’avez-vous ressenti lorsque Mme Thomas est tombée sur le sol?
5) Qu’avez-vous ressenti lorsque le jeune homme poussa Mm Thomas  et qu’il ne s’est même pas arrêté pour voir si elle allait bien?
6) Comment vous sentiez-vous lorsque Jenny et sa maman aidaient Mme  Thomas?
8) Après avoir réconforté Mme Thomas qu’a fait d’autre la maman de Jenny  pour l’aider?

ligne_roulante001.gif

 

DIEU, EST-CE TOI ?


Un jeune homme participa une fois à une soirée d’étude sur la Bible. Pendant la rencontre, le pasteur parla en long et en large d’écouter Dieu et d’obéir à la voix du Seigneur. Le jeune homme ne put s’empêcher de s’interroger : Dieu parle-t-Il toujours aux gens ?

C’était là une proposition intéressante. Et quand le jeune homme et ses amis allèrent se sustenter après le cercle d’étude, ils discutèrent du message du pasteur. Certains de ses amis partagèrent même des expériences stupéfiantes sur la manière dont Dieu les avait guidés à différents stades de leurs vies.

Il était environ 22h00, lorsque le jeune homme entreprit de rentrer chez lui, tout émerveillé de penser que Dieu pourrait lui parler. Etait-ce possible ? Assis dans son auto, il se mit à prier : ‘’Dieu, si Tu parles toujours aux gens, parle-moi. J’écouterai. Je ferai de mon mieux pour obéir.’’ Il répéta plusieurs fois cette prière, avec sincérité.

En descendant l’artère principale, il eut la très étrange pensée de s’arrêter pour acheter un bidon de 5 litres de lait.
Il stoppa la voiture et il dit à voix haute : ‘’Dieu, est-ce Toi ?’’ Pas de réponse. 
‘’Bizarre’’, dit-il en haussant les épaules et il reprit la direction de son domicile. A peine avait-il parcouru quelques mètres que la pensée ‘’Achète un bidon de lait !’’ envahit à nouveau son esprit. Cette fois-ci, la pensée était toute puissante.

‘’D’accord, Dieu, au cas où c’est bien Toi, je vais acheter le lait.’’ Ce test d’obéissance ne paraissait pas trop difficile. Il pourrait toujours utiliser le lait. Le jeune homme arrêta son véhicule, acheta un bidon de 5 litres de lait et reprit la direction de son domicile.

Arrivé au carrefour de la 7ème rue, il ressentit l’impulsion ‘’Prends cette rue !’’
‘’C’est dingue !’’, Pensa-t-il et il poursuivit sa route.
Mais de nouveau, il ressentit l’impulsion contraignante de prendre la 7ème rue.
‘’D’accord, Dieu’’, dit-il tout haut, à moitié pour rire.
Au carrefour suivant, il changea de direction pour reprendre la 7ème rue.
Il dépassa plusieurs blocs et soudain, il eut l’impression qu’il devait s’arrêter. Le jeune homme gara sa voiture contre le trottoir et il jeta un coup d’œil aux alentours. Il se trouvait dans une zone semi-urbanisée. Ce n’était pas le plus beau quartier, mais ce n’était pas le plus moche, non plus. Les magasins étaient fermés et dans la plupart des maisons, on avait éteint les lumières.

De nouveau, il entendit une voix qui disait : ‘’Va donner le lait aux occupants de la maison de l’autre côté de la rue.’’ Le jeune homme contempla la maison. Il y faisait sombre et il semblait que ses occupants étaient soit sortis, soit déjà endormis.
Le jeune homme ouvrit sa portière, puis retomba dans son siège.
‘’Seigneur, c’est complètement dingue ! Ces gens sont endormis et si je les réveille, ils vont être furieux contre moi et j’aurai l’air stupide !’’ Mais le sentiment qu’il fallait livrer le bidon de lait ne voulait pas partir.
‘’D’accord, Dieu’’, capitula finalement le jeune homme. ‘’Si c’est Toi, j’irai dans cette maison pour livrer le bidon de lait. Si Tu veux que j’aie l’air d’une andouille, c’est Ton choix. Je serai obéissant. Je crois que cela comptera pour quelque chose. Mais si on ne répond pas tout de suite, je me casse.’’

Il traversa la rue et il sonna. A l’intérieur, on pouvait entendre des pas qui se traînaient. Un homme aboya : ‘’Qui est-ce ? Qu’est-ce que vous voulez ?’’ Percevant de l’hostilité dans la voix, le jeune homme tourna les talons, mais la porte s’ouvrit.
Un homme apparut dans un jeans et un T-shirt froissé. Il semblait tout juste sorti du lit et pas très heureux de voir un étranger sur le seuil de sa porte. ‘’Qu’est-ce que c’est ?’’ Demanda l’homme irrité.
Le jeune homme tendit brusquement le bidon de lait : ‘’Tenez, j’ai apporté ceci pour vous.’’ L’homme prit le lait et se précipita dans le couloir en appelant : ‘’Hé, chérie, regarde !’’

Immédiatement, une femme apparut avec le lait et un bébé. Le petit pleurait. L’homme suivit de sa femme courut  après le jeune homme. Les larmes aux yeux, il se mit à bredouiller : ‘’Nous étions justement en train de prier. Nous avons eu de grosses factures ce mois-ci et nous étions à cours d’argent. Nous n’avions même plus de lait pour notre bébé. Nous appelions Dieu en Lui demandant comment nous en sortir.’’
La dame poursuivit, la voix empreinte de gratitude : ‘’Je Lui ai demandé d’envoyer un ange avec du lait. Etes-vous un ange ?’’

Le jeune homme sortit son portefeuille, retira tout l’argent qu’il contenait et le remit à l’homme. Il regagna son véhicule, le visage inondé de larmes.
Il savait maintenant que Dieu répond toujours aux prières. Et il savait qu’obéir à la voix de Dieu produisait les résultats les plus magnifiques au-delà de toute imagination.

Parfois, ce sont les choses les plus simples que Dieu nous demande de faire. Si nous prêtons  attention à Son appel, nous pouvons réellement entendre Sa voix, plus claire que jamais.
Dieu nous parle toujours. Mais pour L’entendre clairement, nous devons nous fermer aux bruits du monde, mettre de côté notre ego et avoir un cœur pur. Car,

‘’C’est dans les profondeurs du silence que la voix de Dieu peut s’entendre.’’


ligne_roulante001.gif


Accepter de se remettre en question

La petite Sara dit: « Maman j'ai un sentiment très agréable lorsque je joue à la maison de Myriam, pourquoi ne pourrions-nous pas faire pareil dans notre maison? »

Surprise la mère demanda: «Dis-moi chérie ce que tu aimes le plus et que nous n'avons pas dans notre maison.»

Maman, ce ne sont pas des choses ou même des jouets mais c’est quelque chose que je ne sais pas qui me fait me sentir heureuse. Tu sais maman, Myriam et ses parents sont très polis avec leurs serviteurs, Myriam s’adresse à elle comme si elle était sa sœur aînée et à son chauffeur comme si c’était son oncle. Maman, les serviteurs de Myriam m'aiment également et prennent soin de moi comme ils le font pour Myriam.
Maman leur maison est très calme et tranquille, personne ne crie, tout le monde est heureux, même les serviteurs. Ils sont tous comme une famille et prient ensemble.

La mère surprise ne sachant pas comment réagir se força à sourire et partit dans sa chambre à coucher.
Assise sur son rocking-chair, sans lampe allumée, elle entra dans une profonde réflexion pour trouver où étaient ses erreurs.

La journée avait  commencé avec des cris en servant le thé au petit déjeuner, le journal, les vêtements, l’arrosage des plantes, la conduite des enfants à l'école et je ne sais quoi encore.
La journée se termine tard dans la nuit avec beaucoup de nettoyage restant en attente pour le lendemain. Les études moyennes  des gosses et les nombreuses plaintes au sujet de leurs comportements arrivent régulièrement de l'école autant que des voisins. Le personnel qui est toujours irrité qui n’écoute pas et qui répond même en présence d'invités. Oh ! Seigneur s’il Te plaît aide-moi, guide-moi, que dois-je faire ?

Comment mettre de l'ordre dans ma maison? J'ai  manqué lamentablement à mon devoir. La plus jeune enfant de la famille m’a ouvert les yeux.

Un peu plus tard, le père de Sara arriva à la maison, il lança son porte-documents sur le lit et alluma la lampe. Surpris de voir son épouse sur le rocking-chair, il lui  demanda: "Qu'est-ce qui te tracasse?"
Oh mon Dieu! Que te dire mon cher mari ? Notre petite fille Sara m’a par inadvertance ouvert les yeux. Tu sais j'ai échoué en tant que mère, et j'ai également échoué dans la gestion du ménage.

Approchant sa chaise vers elle son mari déclara: "Ne pense donc pas cela, ce que tu fais est très bien, je suis content et assez heureux avec notre famille. Avec la grâce du Seigneur, nous avons deux fils affectueux et deux filles. Ils nous donnent suffisamment d'amour et égayent la maison. Ils étudient bien. Qu'est-ce qu’il y a de si grave et qui t’a fait réfléchir si profondément?»

«Notre comportement, notre conduite, nos paroles, notre organisation et notre mode de vie» répondit l'épouse.
N’interprète pas cela comme une plainte, mais faisons un retour en arrière de quelques minutes. Tandis que tu entrais dans la chambre, si je t'avais accueilli en souriant, pris ton porte-documents et l’avais rangé dans l'armoire, l'ambiance aurait été différente.» Déclara l'épouse.
Le mari rit et dit: «Si je comprends bien, je ne dois pas jeter mon porte-documents sur le lit.»

Mon cher mari, les enfants nous observent et immanquablement nous copient, pour eux nous sommes des modèles. En tant que parents, nous devons montrer le bon exemple. Promets-moi à chaque fois que j'oublierai mes résolutions de me les rappeler gentiment. S’il te plait, pour améliorer l'ambiance de notre maison, est-ce que je peux  compter sur ta coopération?

"Aller d'avance je t'écoute", dit le mari.
«Je dois faire attention à mes paroles et à mes actions. J'ai besoin d'être avec les enfants pour les aider dans leurs études, je dois réduire le temps qu’ils passent à regarder la télévision. Je dois choisir les programmes qui enrichissent nos enfants par exemple, des nouvelles, des événements en cours et des sports. Les jeux vidéo doivent être tous arrêtés pour éviter qu’ils soient exposés à la violence. Je dois bien me comporter avec le personnel en particulier en face des enfants.

En aucun cas je ne dois crier sur eux, au contraire je dois à être prête à faire des concessions, à garder mon calme, à les guider et je dois les corriger avec amour. Je dois programmer les activités de la journée afin de ne pas terminer tard le soir, prendre la résolution de me lever tôt le matin et de commencer la journée par une  prière de façon à recevoir Sa bénédiction" dit la mère.

« Je vois c’est une longue liste, bien, je suis convaincu, tu peux compter sur mon appui ou plutôt j’adopterai la même conduite que tu viens d’expliquer. Nous ne devons pas perdre nos résolutions entre-temps, c’est ma seule crainte, c’est un engagement sur un long terme – peut-être un engagement pour toute la vie, on devrait dire c'est la reprogrammation de notre style de vie.» Dit le mari.

«Merci beaucoup pour ton appui qui m’est bien nécessaire. Aujourd'hui, j'ai bien compris le sens d'un vieux dicton «Un et un font un», mari et femme sont des partenaires pour la vie ; ils sont les dépositaires des enfants du Seigneur. Et nous devons prendre soin ou plutôt être très attentionné envers ce qui Lui appartient»  déclara l'épouse.

Le père étendit ses bras et enlaça Sara en disant: « Mon soleil est revenu » 

ligne_roulante001.gif

Parlez-nous des enfants

 

Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit,
Parlez-nous des Enfants.
Et il dit :
Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même. 

Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées. 

Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, 
Pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux, 
Mais ne tentez pas de  les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s'attarde avec hier. 
 
Vous êtes les arcs par qui vos enfants,
Comme des flèches vivantes, sont projetés.
L'archer voit le but sur le chemin de l'infini, 
Et Il vous tend de Sa puissance pour que 
Ses flèches puissent voler plus loin.
Que votre tension par la main de l'archer soit pour la joie;
Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, 
Il aime l'arc qui est stable.  
 

Khalil Gibran, Le prophète

ligne_roulante001.gif

                                                                                                                                                   

 Le triomphe de Jason

Jim Bedart

Jason, notre premier enfant, avait eu une naissance traumatique et il est né avec une paralysie cérébrale. Bien qu'il n'ait marché qu’à plus de deux ans, son état était relativement bon, avec beaucoup de physiothérapie, il gérait assez bien ses problèmes. Mon épouse Marguerite et moi l’avons souvent réconforté car il fut confronté à de nombreux défis dans les premières années de sa vie.

Cela nous fendait le cœur de le voir souvent choisi en dernier pour l’équipe de base-ball lorsque les enfants de l’école organisaient un jeu. Il n’a jamais pu apprendre à faire du patinage sur glace malgré une forte détermination, nos conseils et nos encouragements. Il n’a jamais pu apprendre à monter à vélo, ses genoux et ses coudes ont été torturés au cours de ces essais. Mais c’était un enfant heureux et était aimé de ses camarades pendant ses années d’école primaire. La période la plus difficile pour Jason fut lorsqu’il alla au secondaire.

Un après-midi ma femme et moi étions assis à la table de notre cuisine lorsque Jason rentra à la maison en larmes. Il jeta son cartable sur le sol et en pleurant il criait : « Je n’irai jamais plus à l’école ! » Ses cheveux étaient mêlés du repas du lunch et de jus dont les autres gamins l’avaient bombardé dans le bus sur le chemin du retour à la maison. Nous avons dû attendre plusieurs heures avant qu’il puisse nous raconter ce qui s’était passé.

Quelques jours auparavant Jason nous avait dit qu’il s’était engagé pour une course de fond et jouait dans l’équipe de son école. Il s’imaginait qu’il manquait de vitesse, il voulait compenser par de l’endurance. Margaret et moi nous nous préparions pour un intense défi. Néanmoins comme toujours nous l’encourageâmes à le faire. L’équilibre de Jason a toujours été faible, et il était aussi le plus lent à la course. Un simple petit coup de coude l’enverrait à terre. Les jours suivants à l’amusement de certains, il dut se relever plusieurs fois. Mais Jason n’a jamais abandonné.
Le jour de l’incident dans le bus, quelques vieux étudiants de s’amusèrent à continuer d’humilier Jason. Ils le taquinaient au sujet de ses faibles performances à la course et cela alimentait leurs attaques.

Après avoir entendu toute l’histoire de Jason, je lui dis que j’irai le lendemain pour avoir une explication avec ces garnements et que j’en informerai le principal. Il me supplia de ne rien en faire. Il me dit que cela aggraverait les choses pour lui, si son père s’impliquait. Il me supplia de le laisser gérer le problème. Je lui dis que je n’irai pas à son école dans la mesure où il me permettait d'appeler le principal pour l’informer de l'incident dans le bus. Il a finalement accepté. Je savais qu’il allait se coucher avec le sentiment qu’il n'avait pas un seul ami au monde.

J’appelais le principal au sujet de l’incident humiliant dans le bus et cela ne s’est plus jamais reproduit. Jason persévérait à s’entraîner à la course malgré la persistance des tracasseries pendant la course.

Un jour début octobre nous avons eu de la neige imprévue et de la pluie verglaçante. Ce jour là l’équipe de la course eut la permission de s’entraîner à l’intérieur. Jason demanda à l’entraîneur s’il pouvait emprunter son chronomètre. Il désirait essayer d’améliorer son score à la course. Comme les autres enfants s’exerçaient à la gymnastique ils ne pouvaient pas aider pour noter le seul coureur solitaire. Jason trimait à travers la neige fondue qui couvrait la piste de course.

La semaine suivante le temps revint à la normale et l’entraînement à l’extérieur recommença. Cependant il n’y avait plus de tracasserie. À chaque fois qu’un membre de l’équipe de la course dépassait Jason il lui disait quelques mots d’encouragement.
« Tiens bon, Jay »
« N’abandonne pas Jason »
« Tu peux le faire Jay »

Il avait gagné leur respect.

Quelques semaines plus tard, Jason revint de l’école notablement agité.

« Maman, Papa, asseyez-vous » dit-il
Mon cœur tressaillit. Je me souvenais de l’incident : le bombardement de nourriture.

Il nous raconta quelque chose que nous connaissions déjà, chaque mois les élèves du secondaire élisent  « l’athlète du mois » L’entraîneur écrit sur le tableau la liste des noms des étudiants qui ont fait le meilleur saut, qui ont eu le plus de points au basket et les meilleurs temps à la course. Puis ils votent, un étudiant gagne le titre «d’athlète du mois.» et obtient le certificat. Le nom de Jason n'était pas sur la liste ce jour là- ni un autre jour d'ailleurs. Il  était le dernier dans chaque activité énumérée.
Mais quelque chose de différent se passa aujourd’hui. Un des nominés qui était en tête dans la plus part des catégories se leva et dit : « Monsieur j’aimerais nommer Jason comme athlète du mois »
L’entraîneur surpris pendant un moment, regarda la liste des noms sur le tableau.
« Jason ? » Demanda-t-il  avec un air perplexe comme s’il ne pouvait pas ajouter le nom : « Oh… Jason ! »

« Il a travaillé plus dur qu ‘aucun d’entre-nous, Monsieur » Continua l’étudiant.
« Bien » ajouta l’entraîneur « nous devons avoir une seconde personne qui confirme la nomination. »
Des larmes se formaient dans les yeux de Jason et commençaient à couler sur ses joues tandis qu’il nous racontait ce qui s’était passé après.
« Maman, papa, tout le monde dans la classe a levé la main. »

Sa mère et moi aussi en larmes regardions tandis qu’il exhibait fièrement son certificat.

À chaque fois que je désespère, je pense à cette histoire. Je me souviens que les défis ne sont pas surmontés par la force ou en affirmant la personnalité, mais plutôt par la patience, la persévérance, la détermination et une sincère foi dans la bonté intérieure des autres.

Maintenant Jason est quatrième année d’université et est souvent en tête de sa promotion. Il travaille comme professeur assistant et envisage de passer sa maîtrise. Il s’est aussi entraîné aux arts martiaux.  Il semble qu’il ait pour objectif ; obtenir sa ceinture noire, je n'ai aucun doute il l’aura et il la portera fièrement.

Jim Bedard vit à Béthanie, dans l'Ontario, avec sa femme et ses quatre enfants. Jim est l'auteur de ' Lotus dans le feu : Le pouvoir de guérison du Zen ' (Shambhala 99). Il a une carrière dans la vente et travaille en tant qu'administrateur du Centre Zen de Toronto.

ligne_roulante001.gif

À l’aide

Quand on demande de l'aide à l'Univers, il faut s'attendre à la recevoir, mais pas toujours de la façon dont on l'imagine ou l'espère !

Un homme qui avait une croyance infuse en Dieu et qui vivait dans l'abandon le plus total se retrouva un jour au beau milieu de la mer après que son bateau eut fait naufrage. Il implora alors le Seigneur, le suppliant de lui porter assistance et de le sortir du pétrin. Après avoir fait sa demande, il attendit patiemment l'intervention divine. Celle-ci se manifesta immédiatement: le Seigneur fit appel à un pêcheur qui passait par-là et lui demanda d'aller recueillir le pieux naufragé. Ce que celui-ci s'empressa de faire. Mais alors qu'il s'apprêtait à sortir le malheureux de l'eau, ce dernier dit: «Non ! Non ! Pas la peine ! Continue ta route. J'ai demandé à Dieu de me sauver et je suis sûr qu'il le fera; seule ma foi me sauvera !» Et il se noya ! L'histoire parle d'elle-même, n'est-ce pas ?

L'aide que nous envoie l'Univers est parfois si près de nous qu'on a peine à la voir . . .

Texte tiré du livre "Parcelles de sagesse"

de André Harvey


ligne_roulante001.gif

 

L'Épicerie du Ciel


Je marchais sur le chemin de la vie, quand j'ai vu une enseigne " Épicerie du Ciel "
Étonné, je jette un coup d'œil à l'intérieur et vois toute une armée d'anges
L'un d'eux m'a tendu un panier et m'a dit :
" Bon achats, choisissez avec soin. "

Tout ce dont un chrétien a besoin était en vente.
J'ai tout d'abord acheté un peu de patience.
Puis l'amour était tout près sur l'étagère…un peu plus loin la compréhension.
Je me suis pris une boîte ou deux de sagesse, quelques sacs de foi.
Je n'ai pu manquer l'Esprit Saint, il était sur toutes les tablettes.

J'ai aussi pris un peu de force et de courage pour continuer ma course.
Puis, je me suis rappelé que j'avais besoin de grâce, et je n'ai pas oublié le salut. Il était gratuit. J'ai alors pensé que j'avais tout ce dont j'avais besoin.
Je me suis dirigé vers la caisse pour régler mes achats.
J'ai alors vu la prière et l'ai mise dans mon panier. La paix et la joie étaient juste là devant moi. J'ai demandé à l'ange combien je lui devais.
Avec un beau sourire il me dit :

" Ami, Jésus a déjà tout payé, il y a longtemps ! "

ligne_roulante001.gif


La prière d’une maman


Seigneur, tu m’as donné des enfants
Et je les aime même si parfois
Je suis morte de fatigue.
Mes rêves sont immenses quand
Je les regarde grandir.

La vie les prend et les emporte
Et je suis peinée de les voir grandir si vite…
Mais je me ravise et je me dis
Que tu me les as prêtés ces enfants
Et qu’ils t’appartiennent.

Je dois leur permettre de faire
Leur expérience de vie,
Mais tu sais que c’est difficile
De voir marcher à contre-sens
Ceux qui sont ta raison de vivre.

Donne-moi le courage et la patience
De toujours les respecter,
De toujours les aimer,
De toujours leur permettre de
Se réaliser selon leurs choix.

 Fais que ma vie soit pour mes enfants
Une lumière allumée qui les guide
Sur les chemins de la vie.
Je m’agenouille pour leur
Apprendre à prier.

Mon mari et moi, on s’aime tendrement
Pour leur apprendre à aimer.
Tous les deux, nous travaillons dur
Pour leur apprendre à travailler.

 Mais que restera t’il, Seigneur,
De tout ce qu’on leur aura donné?
Je te les donne mes enfants.
Je les remets entre tes mains.

Je ferai de mon mieux, au jour le jour,
Pour les rendre responsable de leur vie.
Donne-moi assez d’amour pour les
Comprendre s’ils prennent des chemins qui me déroutent…
Donne-moi assez d’amour pour les
Accueillir quand ils reviendront.

Je te le demande Marie,
Toi qui as cherché Jésus…
Je te le demande Marie,
Toi qui devinais Jésus…
Fais que je devine mes enfants
Pour leur renouveler quotidiennement
Ma tendresse…Ils en ont tant besoin!

Lady Jo

 

 

 ligne_2_018.gif

 

 

 

 

 


Date de création : 29/11/2009 @ 17:04
Dernière modification : 29/11/2009 @ 18:13
Catégorie : C.R.I.-E.V.H.
Page lue 4677 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Pensée du jour
 
  ycoeur17.gif
Aujourd’hui, l’homme se comporte avec encore moins de gratitude que ne manifestent les animaux et les oiseaux. Il est ingrat envers ses parents, ses enseignants, la société. Il fait étalage de son adhésion à la Vérité, à l’Action juste, à la Paix, à l’Amour et à la Non-violence (les cinq Valeurs Humaines), mais il ne pratique aucune d’elles. Tout ceci est causé par son égoïsme intense et sa préoccupation au sujet de ses propres affaires et ses propres intérêts.
ycoeur17.gif  
 
Mode d'emploi

Pour visionner les diaporamas que vous trouvez dans la boîte ci-dessous, vous devez avoir la visionneuse Microsoft Power Point que vous trouverez sous la rubrique téléchargement. Cliquez sur le diaporama de votre choix. Lorsque la page sera ouverte, cliquez sur le bouton droit de la souris pour sélectionner le plein écran (ou pour mettre fin au diaporama). Pour télécharger les diaporamas faites un clic droit sur le titre et :enregistrer sous.

Les diaporamas
Éphéméride
Lundi
11
Décembre 2017

Bonne fête à tous les :
Daniel


C'était aussi un 11 Décembre
1941

L'Allemagne et l'Italie déclarent la guerre aux Etats-Unis.


Né(e) un 11 Décembre 1803
Hector Berlioz

Vous venez de

En ligne


Canada Canada : 3
Italy Italy : 9
United Kingdom United Kingdom : 17
United States United States : 1

Visiteurs/pays cette année

1
Algeria Algeria 1
Australia Australia 19
Austria Austria 14
Azerbaijan Azerbaijan 1
Belgium Belgium 20
Brazil Brazil 12
Canada Canada 4282
China China 7
Congo Congo 1
Costa Rica Costa Rica 1
Czech Republic Czech Republic 3
Denmark Denmark 15
Dominican Republic Dominican Republic 1
Egypt Egypt 3
Estonia Estonia 1
Europe Europe 1
Finland Finland 1
France France 2682
French Polynesia French Polynesia 1
Germany Germany 643
Greece Greece 7
Guinea Guinea 10
Haiti Haiti 6
Hong Kong Hong Kong 1
Hungary Hungary 8
India India 3
Indonesia Indonesia 2
Ireland Ireland 2
Israel Israel 7
Italy Italy 26892
Japan Japan 14
Kazakhstan Kazakhstan 1
Korea Korea 2
Kuwait Kuwait 81
Lebanon Lebanon 2
Luxembourg Luxembourg 4
Malaysia Malaysia 1
Mali Mali 4
Marocco Marocco 1
Mexico Mexico 4
Netherlands Netherlands 69
New Zealand New Zealand 1
Norway Norway 47
Pakistan Pakistan 1
Philippines Philippines 1
Poland Poland 31
Portugal Portugal 2
Romania Romania 17
Russia Russia 253
Rwanda Rwanda 1
Saint Kitts and Nevis Saint Kitts and Nevis 1
Slovak Republic Slovak Republic 10
South Africa South Africa 4
Spain Spain 13
Sweden Sweden 45
Switzerland Switzerland 52
Taiwan Taiwan 8
Thailand Thailand 1
Turkey Turkey 1
Ukraine Ukraine 13
United Arab Emirates United Arab Emirates 6
United Kingdom United Kingdom 48161
United Kingdom United Kingdom 72605
United States United States 4261
United States United States 6053
ivory coast ivory coast 3

Vous venez de :

^ Haut ^