Texte à méditer :  

Aider toujours, ne jamais blesser.   


La bouée de sauvetage

Fermer Bouée de sauvetage

Fermer C.R.I.-E.V.H.

Fermer Pédagogie

Fermer Livres

Valeurs humaines

Fermer La vérité

Fermer L'action juste

Fermer L'amour

Fermer La paix

Fermer La Non-Violence

E. V. H.
Le cercle d\'étude

Les pensées du jour

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
163 Abonnés
Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 54 membres


Connectés :

( personne )
Recherche




Initiation des plus jeunes - 05- L'Amour

 

 

L’Amour : Les liens familiaux

 

Objectif :


Aider les enfants à se rendre compte et à réaliser que l’amour de leur mère, ou de leur entourage, inclut aussi la nécessité de les guider et de les protéger.

 

Assise silencieuse :

Exercice de mise en route


Les enfants sont allongés sur le sol, les genoux pliés et des pieds à plat.

La tête de chaque enfant repose sur l'abdomen d'un autre enfant.

Sentez l'abdomen se déplacer en haut et en bas tandis que le souffle entre et sort. Faîtes cela pendant une minute.

Maintenant vous vous asseyez doucement en silence, votre tête et votre dos sont bien droits, vous posez les mains sur les cuisses tournées vers le haut comme des petites coupelles.

Vous fermez les yeux et vous imaginez devant vous un beau soleil qui brille et qui répand une douce chaleur d’Amour,

A chaque fois que l’air entre dans vos poumons ressentez la chaleur de ce soleil d’amour qui entre dans tout votre corps, vos bras, vos jambes et toute votre tête. Peu à peu à votre tour vous brillez comme le soleil, vous vous sentez aimés, protégés et, à votre tour, vous répandez la lumière d’Amour à tout ce qui vous entoure.

Maintenant vous entourez votre corps avec vos bras et vous vous dites à voix basse :  « Comme je m’aime ! » Ressentez bien cela.

Maintenant vous ouvrez les yeux et réalisez l'amour que vous ressentez pour vos parents, votre famille, vos amis et tous ceux qui vous entourent.

 

HISTOIRE :

La fugue de Rémi

 

Lorsque j'étais un petit garçon, ma mère, comme toutes les mères, me disait ce que je devais faire et ne pas faire. J’en avais assez de toutes ces recommandations.

« S’il te plaît Rémi, j'ai besoin que tu ailles faire des courses pour moi » elle me disait cela au moment même où j'étais au beau milieu de la lecture d’une bonne histoire.

« Tu dois y aller maintenant » voulait-elle dire – lorsque je jouais à un jeu très amusant avec mon ami.
« Mange tout ton repas. Ne gaspille pas la nourriture. »
« Fais attention, vas doucement. »
« Range tes jouets, dis merci, sois poli… »
« Ne remets pas à demain ce que tu dois faire aujourd’hui. »

J’avais l’impression qu’elle dirigeait toujours tout, autour de moi.

Un jour, j'étais si agacé d’être commandé que je décidais de partir loin. J'irais chez ma grand-maman. Elle au moins me comprendrait.

Je n'étais qu’un très petit garçon et je ne connaissais pas vraiment le chemin pour aller chez grand-maman, mais je n'ai pas pensé à cela. Je suis sorti sans bruit hors de la maison, j’ai fermé la porte doucement et j’ai avancé sur la pointe des pieds le long de l’allée du jardin jusque dehors dans la rue. Je serrais très fort mon nounours pour me réconforter. Je marchais pensant juste arriver chez ma grand-maman. J'ai traversé la route avec quelques personnes et j’ai continué à marcher, mais je ne voyais pas la maison de grand-maman.

Je commençais à avoir faim et le soir tombait. « Oh là, là ! Aucun signe de la maison de grand-maman. » Je commençais à être effrayé. Je me suis mis à pleurer. « Je veux ma maman. »

Pendant ce temps, ma maman avait découvert que je n'étais plus là et elle était dans tous ses états. Pensant que j’avais couru loin, après avoir regardé partout, elle a téléphoné à mon papa, à la police et elle me cherchait dans les rues autour de notre maison. Pauvre maman ! Elle ne savait pas dans quelle direction j’étais parti.

« Je veux ma maman » je pleurais maintenant pitoyablement. « Si seulement elle venait, je ne partirai plus jamais loin. Je lui rendrai toujours service. »

Tandis que je pensais à la façon dont j’étais agacé, je sanglotais, j'ai commencé à penser à la sécurité que je ressentais dans ma maison.

Tandis que je sanglotais en pensant à ma maman, oubliant l’agacement qui m’avait fait partir, une dame est venue vers moi et me demanda si j’étais perdu. Elle me demanda où j’habitais.

« Dans la grande maison bleue avec de jolies fleurs dans le jardin » ai-je répondu.

Au même moment une voiture de police s’arrêta et ma Maman se précipita.
Combien j’étais soulagé et heureux de voir ma Maman ! « Oh ! Maman » ai-je crié. «Pardon, pardon, je t'aime Maman. »

Ma chère mère ne m'a jamais reproché de lui avoir causer une telle peur. Elle m'a juste serré très fort dans ses bras  comme jamais auparavant, le nounours également. C’est peut-être mon imagination, mais il me semble qu’elle n'a plus jamais été aussi autoritaire ensuite et quant à moi, il y a eu un grand changement dans mon attitude.


Ma maman m'a nourri, m'a vêtu, elle s’est assurée que j’ai de bonnes manières et m'a donné des conseils pour que je devienne une bonne personne. J'ai appris qu'elle m'aimait et que l'amour ne signifie pas juste serrer dans ses bras, mais inclut également tous les soins et sacrifices que les mères font pour leurs enfants.


QUESTIONS :


1. Pourquoi Rémi a-t-il couru loin ?
2. Qu'a-t-il compris lorsque sa mère l'a retrouvé ?
3. La dame aurait-elle su où la maison de Rémi était, si sa mère ne l'avait pas dit à la police ?
4. Pourquoi pas ?
5. Savez-vous votre adresse et votre numéro de téléphone ?
6.  Comment vous êtes-vous senti quand vous avez entendu l'histoire ?
7. Cela vous a-t-il rappelé quelque chose dans votre propre vie ?

 

CHANT:

Vous pouvez faire chanter aux enfants la chanson de Georges Brassens: 


Maman, papa   

  
Maman, maman, en faisant cette chanson
Maman, maman, je r'deviens petit garçon
Alors je suis sage en classe
Et pour te faire plaisir
J'obtiens les meilleures places
Ton désir
Maman, maman, je préfère à mes jeux fous
Maman, maman, demeurer sur tes genoux
Et sans un mot dire, entendre tes refrains charmants
Maman, maman, maman, maman

Papa, papa, en faisant cette chanson
Papa, papa, je r'deviens petit garçon
Et je t'entends sous l'orage
User tout ton humour
Pour redonner du courage
A nos cœurs lourds
Papa, papa, il n'y eut pas entre nous
Papa, papa, de tendresse ou de mots doux
Pourtant on s'aimait, bien qu'on ne se l'avouât pas
Papa, papa, papa, papa

Maman, papa, en faisant cette chanson
Maman, papa, je r'deviens petit garçon
Et, grâce à cet artifice
Soudain je comprends
Le prix de vos sacrifices
Mes parents
Maman, papa, toujours je regretterai
Maman, papa, de vous avoir fait pleurer
Au temps où nos cœurs ne se comprenaient encor pas
Maman, papa, maman, papa.

 

ACTIVITÉ DE GROUPE:


Demandez à chaque enfant de dessiner leur mère faisant quelque chose pour eux par exemple lavage ou repassage de leurs vêtements, en leur donnant la nourriture, faire les achats, etc.


Terminer la leçon :

Si vous le souhaitez, la leçon peut être clôturée en demandant aux enfants de former un cercle et ceux-ci disent à leur camarade de chaque côté, « je n’aurai que des pensées affectueuses et je me rappellerai toujours toutes les bonnes choses que ma maman fait pour moi. »

 


Date de création : 07/09/2008 @ 23:44
Dernière modification : 08/09/2008 @ 14:07
Catégorie : Initiation des plus jeunes
Page lue 4534 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Pensée du jour
 
  ycoeur17.gif
Vous dites : "Je suis malade, je suis en bonne santé etc." pensant être votre corps alors qu'en réalité vous êtes l'Âme entouré de ses cinq koshas (enveloppes). Le système d'éducation actuel qui vous persuade que le seul bonheur possible est celui que procurent les organes des sens est responsable de cet état de fait. A aucun moment, on ne vous parle de la source de joie éternelle qui se trouve au fond de vous. On ne vous enseigne pas l'art d'acquérir la paix, pas plus qu'on ne vous révèle le secret qui permet de rester équanime au milieu de l'agitation de la vie moderne. Au lieu de cela, on vous incite à suivre le courant qui mène vers la peur, l'inquiétude et le désespoir. Votre vie est semblable à un maître de maison (l'Âme) enfermé chez lui et mis au régime pendant que le reste de la famille (les sens) s’empiffre et fait la fête. Vous délaissez le maître de maison (l'Âme) pendant que le reste de la famille (les sens) s'amuse allègrement.
ycoeur17.gif
 

 

Mode d'emploi

Pour visionner les diaporamas que vous trouvez dans la boîte ci-dessous, vous devez avoir la visionneuse Microsoft Power Point que vous trouverez sous la rubrique téléchargement. Cliquez sur le diaporama de votre choix. Lorsque la page sera ouverte, cliquez sur le bouton droit de la souris pour sélectionner le plein écran (ou pour mettre fin au diaporama). Pour télécharger les diaporamas faites un clic droit sur le titre et :enregistrer sous.

Les diaporamas
Éphéméride
Mercredi
20
Février 2019

Bonne fête à toutes les
Aimée


C'était aussi un 20 Février
1986

Mir, première station habitable, est lancée par les Soviétiques.


Né(e) un 20 Février 1966
Cindy Crawford

Vous venez de

En ligne


United States United States : 28

Visiteurs/pays cette année

Australia Australia 2
Belgium Belgium 2
Brazil Brazil 1
Bulgaria Bulgaria 3
Canada Canada 17
China China 2
Czech Republic Czech Republic 3
Ecuador Ecuador 1
Egypt Egypt 1
France France 130
Germany Germany 64
Greece Greece 4
Haiti Haiti 8
Hong Kong Hong Kong 1
Hungary Hungary 2
Ireland Ireland 1
Italy Italy 4
Japan Japan 1
Kuwait Kuwait 2
Laos Laos 1
Latvia Latvia 1
Luxembourg Luxembourg 12
Netherlands Netherlands 37
Norway Norway 5
Palestinian Territories Palestinian Territories 1
Peru Peru 1
Philippines Philippines 2
Romania Romania 6
Russia Russia 28
Slovenia Slovenia 1
Spain Spain 2
Sweden Sweden 2
Switzerland Switzerland 34
Turkey Turkey 1
Ukraine Ukraine 9
United Kingdom United Kingdom 178
United States United States 16010

Vous venez de :

^ Haut ^