Texte à méditer :  

Ne faites pas le mal, faites ce qui est bien.
 
  


La bouée de sauvetage

Fermer Bouée de sauvetage

Fermer C.R.I.-E.V.H.

Fermer Pédagogie

Fermer Livres

Valeurs humaines

Fermer La vérité

Fermer L'action juste

Fermer L'amour

Fermer La paix

Fermer La Non-Violence

E. V. H.
Le cercle d\'étude

Les pensées du jour

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
163 Abonnés
Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 54 membres


Connectés :

( personne )
Recherche




C.R.I.-E.V.H. - n°15 2014 1° partie

 

CRI n°15  2014

1ière  partie 

 

ligne_2_018.gif

 

LA GOMME!


   
Crayon: Je suis désolé.

Gomme: Pourquoi? Tu n’as rien fait de mal.

Crayon: Je suis désolé, tu te blesses à cause de moi. Chaque fois que je fais une erreur, tu es toujours là pour l'effacer. Mais quand tu le fais, mes erreurs disparaissent, et tu perds une partie de toi-même, tu deviens de plus en plus petite à chaque fois.

Gomme: C'est vrai, mais ça ne me dérange pas. Tu vois, je suis faite pour cela, j'ai été créée pour t’aider à chaque fois que tu commets des erreurs, même si un jour, je sais que je disparaitrai.

Je suis vraiment contente de mon travail.

Alors s'il te plaît, cesse de t’inquiéter. Je déteste de te voir triste.

 

«Nos parents sont comme la gomme, alors que nous les enfants, sommes comme le crayon.

Les parents sont toujours là pour leurs enfants, effaçant leurs erreurs.

Parfois, le long du chemin les parents se blessent et deviennent plus en plus fragiles (âgés et éventuellement s’en vont (meurent).

Prenez bien soin de vos parents, traitez les avec gentillesse et surtout avec beaucoup d'amour.

 Les parents ne vous ont jamais laissé lorsque vous étiez jeunes, aussi ne les délaissez pas lorsqu’ils sont vieux.

Savez-vous qu’un simple coup de téléphone peut les rendre très heureux ?

Alors, passez à l’action et n’oubliez pas de les appeler.

ligne_roulante001.gif

 

La valeur d’une pièce de cuivre

 

Mahatma Gandhi allait de ville en ville, de village en village collectant des fonds pour la Charkha Sangh (la marche du sel) . Lors de l'une de ses tournées, il fit une réunion en Orissa.

Après son discours une pauvre vieille femme se leva. Elle était toute courbée par l'âge, avec les cheveux gris et ses vêtements en lambeaux. Les bénévoles ont essayé de  l'arrêter, mais elle se fraya un chemin jusqu’à l’endroit où Gandhi était assis : « Je dois le voir, » insistait-elle en se dirigeant vers lui pour lui toucher les pieds.(Toucher les pieds est un signe de respect en Inde).

Ensuite,  elle sortit une pièce de cuivre des plis de son sari et la déposa à ses pieds. Gandhi pris la pièce de cuivre et la rangea avec beaucoup de soin.

Les fonds Charkha Sangh étaient sous la responsabilité de Jamnalal Bajaj . Il demanda la pièce à Gandhi qui refusa.

Jamnalal Bajaj fit remarquer en riant «Je garde les chèques valant des milliers de roupies pour le Sangh charkha mais vous ne me faites pas confiance pour cette pièce de cuivre. »

« Cette pièce de cuivre vaut beaucoup plus que ces milliers de roupies, » répondit Gandhi. « Si un homme en a plusieurs millions et qu’il en donne mille ou deux mille, cela ne signifie pas grand -chose.

Mais cette pièce était peut-être tout ce que la pauvre femme possédait. Elle m'a donné tout ce qu'elle avait. C'était très généreux de sa part. Quel grand sacrifice qu'elle a fait.

C'est pourquoi j’accorde plus de valeur à cette pièce de cuivre qu’à un million de roupies. »

 

ligne_roulante001.gif

 

L'homme qui n'aimait pas le soleil

 

L'homme détestait la chose brillante et brulante dans le ciel. Elle se tenait au-dessus lui toute la journée, quel que soit l’endroit où il allait. Il détestait l’éblouissante lumière du Soleil, la chaleur qu’il émettait et les ombres qu'il projetait sur la terre autour de lui. Il avait l’impression que le soleil lui volait quelque chose, le séparant des choses alors que ce qu'il convoitait était l'unité.

«Au moins, la nuit tout se ressemble, » pensait-il. C'est pourquoi il aimait l'obscurité. Le Soleil était devenu son ennemi.

Un jour, incapable de le supporter plus longtemps, il décida de creuser un trou pour se protéger des intolérables rayons du soleil. Sa peau, qui avait été bronzée brun foncé, a commencé à redevenir de nouveau blanche, et les ombres de la journée ont cessé de le contrarier. Mais alors, assis dans son trou, il s'est rendu compte que d'en haut, le soleil continuait  d’inonder sa cachette avec de la lumière, et que son logement était encore plus lumineux que la terre à l'extérieur.

Il est retourné au travail et bientôt il creusa lui-même un tunnel et une grotte. Et là, il avait finalement trouvé une protection contre le soleil. Il passa des années dans son trou, méditant dans la solitude, dans la fraîcheur de l’obscurité où le soleil ne pénètre jamais. En surface les autres hommes faisaient pousser leur nourriture et se réchauffaient  à la chaleur de l'étoile qui donne tout. Ils considéraient  le soleil comme bénéfique et protecteur. Le soleil était leur allié comme ils avaient appris à apprivoiser ses extrêmes.

Ils traversaient  les saisons, l'une après l'autre.

Tous étaient reconnaissants de la présence du soleil, tous à l'exception de l'homme qui voulait éviter la lumière et les contrastes qu'il créait. A la fin le pauvre ermite périt dans sa grotte, dans l'obscurité, dans le calme et l'unité de l'ombre, mais désespéré et seul.

Et après sa mort les gens n'eurent même pas eu à creuser une tombe pour lui. Il y était déjà ...

Morale de l'histoire :

Accepter les différences entre les personnes, vivre avec les autres et leurs habitudes étranges et leur comportement parfois incompréhensible, peut être difficile.

Nous sommes souvent tentés de nous retirer comme un ermite dans le calme de la maison, dans l'ombre. Mais la vie est composée de diversité, d’échange et de changement. Lorsque vous vous coupez de vos amis, vos voisins et votre collectivité, vous perdez aussi une partie de vous-même.

 

ligne_roulante001.gif

 

Une belle leçon !

 

Cela se passait dans un stade. Huit enfants étaient debout sur ​​la piste pour participer à une course à pied.

* A vos marques !

* Prêt !

Bang !!! Au du son du pistolet jouet, les huit filles ont commencé à courir. Elles avaient à peine parcouru dix à quinze pas, que l'une des plus petites filles a glissé et est tombée, en raison de ses blessures et de la douleur, elle commença à pleurer. Lorsque sept autres filles entendirent ce bruit, elles s’arrêtèrent de courir, restèrent immobile un certain temps et firent demi-tour, elles coururent toutes vers l'endroit où la fillette est tombée. L’une d'entre elles se pencha, la leva et l’embrassa tendrement puis elle lui demanda : «Maintenant la douleur doit être moins forte ?»Toutes les sept relevèrent la fillette tombée, la consolèrent, deux d'entre elles l’ont maintenu fermement et toutes les sept se tenant par la main marchèrent ensemble jusqu’à la ligne d'arrivée.

Les officiels étaient interloqués. Les applaudissements des milliers de spectateurs remplissaient le stade. Beaucoup avaient les yeux remplis de larmes !

OUI. Cela s'est passé récemment à Hyderabad [ INDE ]! La cérémonie était organisée par l'Institut national de la santé mentale. Toutes ces filles spéciales étaient venues participer à cet événement et étaient des enfants spastiques. Oui, elles étaient mentalement retardées.

Qu'ont-elles enseigné au monde ?

Une magnifique leçon de Valeurs Humaines : la Compassion, la Gentillesse, l’Entraide, la Camaraderie …

 

ligne_roulante001.gif

 

Quel est le meilleur moment ?

 

Un roi avait l’habitude de poser trois questions à toutes les personnes qui venaient à lui . La première question était : «Qui est la meilleure personne ? ». La seconde était : « Quel est le meilleur moment ? » et la troisième : « Quelle est la meilleure de toutes les actions ? ». Le roi était très impatient de connaître les réponses à ces questions. Le roi n'était jamais satisfait des différentes réponses qu'il obtenait.

Un jour, il était parti se promener dans la forêt. Il allait par monts et par vaux  et se sentait très fatigué. Il aperçut un ashram et voulut s’y reposer un peu. Au moment où le roi atteignait l'ashram, un moine arrosait quelques plantes. Ce moine  vit que le roi qui arrivait était plutôt fatigué, il a arrêté l'arrosage des plantes, courut vers le roi et lui donna quelques bons fruits et de l'eau fraîche.

À ce moment-là, un individu avec des blessures sur tout le corps, était transporté à l'ashram par un autre moine. Dès que le moine l’aperçut, il se dirigea vers l'individu, il lui a nettoyé toutes ses blessures et lui a donné quelques herbes qui le guériraient. Il a également prononcé des mots de consolation pour réconforter le blessé. Le roi se dirigea vers le moine pour lui exprimer sa gratitude et prendre congé de lui. Le moine bénit le roi, mais le roi était encore troublé par ses trois questions et désirait savoir si le moine pourrait l'éclairer sur ce sujet.

Le moine déclara que les réponses aux trois questions étaient contenues dans les actions dont le roi avait été témoin à l'ashram. Le roi demanda au moine de l’aider à élucider le sujet. Le moine expliqua que lorsque le roi était arrivé  à l'ashram, il arrosait les plantes et que c'était son devoir. A ce moment-là, en voyant le roi, le moine avait renoncé à son devoir et s’est dirigé vers le roi pour lui donner de l'eau et des fruits. C’était dans le respect des bonnes traditions, le roi étant son invité. Tout en soulageant le roi de sa soif et de sa fatigue, une autre personne blessée était arrivée à l'ashram et donc le moine dégagé de son devoir de servir le roi, alla vers l'autre personne et commença à le servir.

Celui qui vient vous solliciter pour un service est le meilleur des individus à ce moment-là. Quelle que soit la satisfaction que vous pouvez lui donner en le servant ce sera votre devoir et ce sera le meilleur travail que vous puissiez faire. Lorsque vous pouvez faire quelque chose, le présent est le plus sacré de tous les temps. Vous ne voyez pas l'avenir que vos yeux ne peuvent percevoir. Le passé est passé et vous ne pouvez pas le changer. Ainsi, au moment présent vous pouvez accomplir votre devoir, rendre service à la personne qui vient à vous et à celui qui a besoin de votre aide, ce sont les trois meilleures choses. Ce sont les réponses aux trois questions du roi.

 

 ligne_2_018.gif


Date de création : 30/05/2014 @ 11:55
Dernière modification : 30/05/2014 @ 15:26
Catégorie : C.R.I.-E.V.H.
Page lue 3829 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Pensée du jour
 
  ycoeur17.gif
Si vous avez des doutes sur la solidité des fondations d'une maison, vous aurez peur d'y entrer. Si vous avez des doutes sur les compétences d'un constructeur automobile, vous appréhenderez de monter dans une de ses voitures. L’époque actuelle est emplie de peur, d'anxiété et d'agitation les hommes n'ayant pas de foi solide dans le créateur. C'est en comptant sur la grâce et la puissance du Seigneur que le mahatma Gandhi parvint à libérer l’Inde. Sachez que le Seigneur est la fondation invisible sur laquelle repose votre vie. Il est la source de votre vie, votre soutien et votre force. Pas une feuille, pas un brin d'herbe ne peut bouger sans Sa volonté. Quelle fondation plus solide désirez-vous ? Sachant que le Seigneur, le créateur tout-puissant est la source de votre vie, vous ne devriez plus avoir aucune peur !
ycoeur17.gif
 

 

Mode d'emploi

Pour visionner les diaporamas que vous trouvez dans la boîte ci-dessous, vous devez avoir la visionneuse Microsoft Power Point que vous trouverez sous la rubrique téléchargement. Cliquez sur le diaporama de votre choix. Lorsque la page sera ouverte, cliquez sur le bouton droit de la souris pour sélectionner le plein écran (ou pour mettre fin au diaporama). Pour télécharger les diaporamas faites un clic droit sur le titre et :enregistrer sous.

Les diaporamas
Éphéméride
Lundi
16
Juillet 2018

Aujourd'hui :
Nte Dame Mt Carmel


C'était aussi un 16 Juillet
1945

Les Américains font exploser la première bombe atomique.


Né(e) un 16 Juillet 1921
Guy Laroche

Vous venez de

En ligne


United States United States : 29

Visiteurs/pays cette année

Afghanistan Afghanistan 1
Australia Australia 22
Austria Austria 7
Bangladesh Bangladesh 1
Belarus Belarus 3
Belgium Belgium 10
Brazil Brazil 5
Canada Canada 256
Chile Chile 1
China China 7
Costa Rica Costa Rica 2
Czech Republic Czech Republic 6
Denmark Denmark 9
Estonia Estonia 2
Finland Finland 1
France France 213
French Polynesia French Polynesia 2
Germany Germany 157
Greece Greece 3
Guinea Guinea 1
Haiti Haiti 4
Hong Kong Hong Kong 3
Hungary Hungary 4
Iceland Iceland 1
India India 4
Indonesia Indonesia 1
Israel Israel 16
Italy Italy 1230
Japan Japan 11
Kazakhstan Kazakhstan 1
Korea Korea 3
Kuwait Kuwait 15
Kyrgyzstan Kyrgyzstan 3
Latvia Latvia 3
Lithuania Lithuania 1
Luxembourg Luxembourg 3
Macedonia Macedonia 2
Mexico Mexico 4
Netherlands Netherlands 45
Norway Norway 27
Pakistan Pakistan 1
Philippines Philippines 7
Poland Poland 40
Portugal Portugal 3
Qatar Qatar 3
Romania Romania 10
Russia Russia 114
Saudi Arabia Saudi Arabia 1
Serbia Serbia 1
Singapore Singapore 1
Slovak Republic Slovak Republic 4
Slovenia Slovenia 4
South Africa South Africa 5
Spain Spain 12
Sri Lanka Sri Lanka 1
Sweden Sweden 37
Switzerland Switzerland 53
Thailand Thailand 2
Turkey Turkey 3
Ukraine Ukraine 21
United Arab Emirates United Arab Emirates 2
United Kingdom United Kingdom 2870
United States United States 5138
United States United States 57982
Venezuela Venezuela 1

Vous venez de :

^ Haut ^